Algérie: arrestation du patron du premier groupe de médias privé

Anis Rahmani, le puissant patron et propriétaire d’Ennahar, le premier groupe de médias privé algérien, proche de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, été arrêté mercredi par la gendarmerie pour “corruption”.

“Il a été arrêté hier pour des faits de corruption et il est en garde à vue”, a déclaré à l’AFP une source sécuritaire.

Connu sous le nom d’Anis Rahmani, Mohamed Mokadem, un journaliste de 49 ans, est accusé d'”infraction à la législation de change”, “chantage pour l’obtention d’avantages indus”, “abus de pouvoir” et “détention de comptes bancaires à l’étranger”, selon plusieurs médias privés algériens.

Le grouper Ennahar a confirmé jeudi l’arrestation de son patron dans un communiqué publié sur son site internet.

“Il a été arrêté par des agents en civil qui l’ont conduit à la brigade de gendarmerie de Bab Edjedid à Alger”, a précisé le groupe, réfutant les allégations évoquées par les médias.

“Aucune accusation n’a été encore portée à l’encontre d’Anis Rahmani qui n’a pas encore comparu devant la justice”, a précisé le communiqué.

La presse algérienne a fait état de plusieurs plaintes visant M. Rahmani — réputé proche de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika — pour diffamation.

Fin décembre, Anis Rahmani et un journaliste d’Ennahar avaient été condamnés à six mois de prison ferme pour “offense et diffamation” à l’encontre du  général à la retraite Hocine Benhadid qui était à l’époque en prison.

Et lundi, un tribunal d’Alger a condamné Ennahar TV à verser une amende à l’ancien chef de la délégation olympique algérienne aux Jeux Olymiques de Rio de Janeiro en 2016, Amar Brahmia, et à sa famille, également pour “diffamation”.

La chaîne d’informations Ennahar TV, née en 2012, est une chaîne d’information nationale qui diffuse en continu. Elle revendique le titre de “première chaîne d’info en Algérie“.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite