Affaire Brahim Bouhlel: la direction des prisons au Maroc dénonce les allégations de son avocat

La diffusion d’allégations tendancieuses par des organes de presse français et sur des pages de réseaux sociaux concernant un détenu franco-algérien. l’acteur Brahim Bouhlel incarcéré à la prison locale d’Oudaya à Marrakech s’inscrit dans une “campagne enragée” dirigée par certaines parties en France contre le Royaume, a affirmé, lundi, la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR).

L’acteur a été condamné à 8 mois ferme après la diffusion d’une vidéo sur ses réseaux sociaux qui a provoqué un tollé. Dans cette séquence, Brahim Bouhlel se met en scène avec le comédien franco-algérien Hedi Bouchenafa et l’influenceur franco-marocain Zbarbooking. On peut entendre Brahim Bouhlel doubler les voix des deux autres hommes en voix off : « Moi ce que j’aime ici (au Maroc, ndlr), c’est toutes les p**** que je paye 100 dirhams », fait-il dire par exemple à Hedi Bouchenafa. Trois enfants, deux garçons et une fillette, apparaissent également dans la vidéo. Lorsqu’ils s’approchent du trio, Brahim Bouhlel continue de doubler la voix de Zbarbooking : « Salut bande de fils de p****. Ouais, votre mère c’est une grosse s***** ! ».

Selon la DGAPR, contrairement aux allégations apocryphes de l’avocat selon lesquelles le détenu Bouhlel serait placé dans une cellule abritant 15 prisonniers et qui pointent l’insuffisance de la fréquence et la durée des communications téléphoniques qui lui sont accordées, il est logé avec 9 autres codétenus dans une cellule qui comporte 12 lits et bénéficie de tous les droits reconnus par la loi en vigueur à tous les prisonniers, ajoutant qu’il a droit comme tout autre codétenu dans cet établissement à passer des coups de téléphone trois fois par semaine et chaque fois pour une durée de 10 minutes.

Le détenu a fait montre de volonté de participation aux activités de préparation à la réinsertion, poursuit le communiqué, faisant savoir qu’il a participé tout récemment à la “Caravane nationale du Sahara marocain dans les établissements pénitentiaires” en se produisant dans un sketch devant les détenus et les invités.

“Le caractère mensonger des allégations de l’avocat est établi par la communication téléphonique d’une responsable consulaire avec la direction du pénitencier, datée du 27 septembre 2021 et dans laquelle elle l’a remerciée pour le bon traitement qu’elle réserve à ce détenu ainsi qu’aux autres prisonniers de nationalité française incarcérés dans cette prison et que des agents consulaires français ont bien constaté lors de leurs visites à ces détenus”, précise la DGAPR.

“Il est bien curieux que des sites d’information français diffusent des allégations mensongères et tendancieuses sur les conditions de détention dans la prison locale susnommé et vont jusqu’à les généraliser aux autres pénitenciers du Royaume, cherchant par là même à tromper l’opinion publique, tandis qu’ils passent sous silence les « mauvaises conditions de détention » et le « traitement dégradant » dans les établissements pénitentiaires français qui ont été reprochés à ce pays par la Cour européenne des droits de l’Homme dans son rapport rendu public en date du 30 janvier 2020”, conclut le communiqué de la DGAPR.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite