A Mexico, une paroisse attire l’attention sur les violences machistes

Ne couvrir d’étoffe violette que la Vierge et les saintes : dans une paroisse du centre de Mexico, la tradition du carême a été légèrement modifiée pour attirer l’attention sur les violences contre les femmes.

La paroisse de Saint Côme et Saint Damien a décidé de respecter la tradition catholique de recouvrir toutes les images et sculptures religieuses d’un voile violet pendant le carême, mais en ne l’appliquant cette année qu’aux figures féminines.

“On les couvre pour montrer que notre attention se porte sur ce que vivent les femmes” au Mexique, a expliqué à l’AFP José de Jésus Aguilar Valdez, prêtre et sous-directeur de la radio et télévision de l’Archevêché de Mexico.

Au sein de l’Eglise, “il y a du machisme, il y a de la discrimination envers les femmes (…) il y a une éducation qui ne permet pas toujours aux femmes de faire face à ce problème”, a-t-il ajouté.

Le prêtre a précisé que ses propos n’avaient aucune connotation politique.

“Je ne soutiens aucune manifestation en faveur de l’avortement, ni aucun groupe (féministe), c’est simplement une prise de conscience pour une transformation de ce qui se passe dans notre société”, a-t-il ajouté.

Il a toutefois annoncé que les femmes employées par la paroisse de Saint Côme et Saint Damien se joindront à la “grève des femmes” prévue lundi dans le pays, au lendemain de la Journée internationale des droits des femmes du 8 mars. Les féministes ont appelé à des manifestations.

Les féminicides ont augmenté de 136% entre 2015 et 2016 au Mexique, et les meurtres récents et particulièrement odieux d’une femme et d’une fillette de sept ans, ont profondément choqué l’opinion publique.

Les féministes mexicaines ont réclamé au président de gauche Andres Manuel Lopez Obrador des “politiques publiques efficaces pour combattre la violence contre les femmes”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite