2012-Nicolas Sarkozy juge le FN “compatible avec la République”

Nicolas Sarkozy a défendu mardi le droit de s’adresser aux électeurs du Front national, dont il a un besoin impératif pour l’emporter le 6 mai, en déclarant que ce parti était "compatible avec la République".

"S’il y a une candidate du Front national, c’est qu’elle avait le droit d’être candidate. Ce vote n’est pas répréhensible. S’il était répréhensible, la République lui aurait interdit de se présenter’", a-t-il dit avant de prendre la parole lors d’un meeting à Longjumeau, dans l’Essonne..

"A partir du moment où vous vous présentez aux élections, où vous avez le droit de vous présenter aux élections, vous êtes compatible avec la République", a ajouté le président candidat, qui s’adressait à des journalistes.

Alors qu’il avait réussi en 2007 à capter dès le premier tour une large part des électeurs du Front national, ce qui l’avait mis en position idéale pour l’emporter, Nicolas Sarkozy, a été relégué dimanche en deuxième position du premier tour de la présidentielle, pénalisé par une forte poussée du vote FN.

Il a estimé que celle-ci traduisait un vote de crise et a entamé sa campagne du deuxième tour en déclarant vouloir s’adresser à la "France qui souffre", mettant en avant des thèmes comme l’immigration, la sécurité et la dénonciation de l’assistanat qui ont un écho dans cet électorat.

"Quels thèmes seraient tabou ? Je m’évertue à dire depuis le début de ma campagne il y a trois mois que le meilleur service à rendre aux extrêmes c’est de considérer qu’il y a des thèmes tabou dont on n’a pas le droit de parler", a-t-il déclaré mardi.

"Vous considérez qu’il faut reprocher aux gens d’avoir fait ce vote ou est-ce qu’il faut essayer de le comprendre ? Moi je pense qu’il faut le comprendre et en tirer les conséquences."

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite