Vaccins: les Etats-Unis veulent modifier leurs recommandations après des réactions allergiques

L’Agence américaine des médicaments a dit jeudi travailler à des modifications des recommandations concernant le vaccin de Pfizer/BioNTech contre le Covid-19, après des réactions allergiques chez deux personnes ayant reçu une injection dans le pays.

L’un de ces deux soignants vaccinés en Alaska, a eu une réaction grave, ou “anaphylactique”, ayant nécessité une hospitalisation.

“Ces individus ont été soignés avec une intervention médicale appropriée et heureusement, ils sont guéris ou en voie de guérison”, a déclaré Doran Fink, du bureau des vaccins de l’Agence américaine des médicaments, lors d’une réunion d’un comité consultatif sur l’autorisation d’un autre vaccin, celui de Moderna.

“Nous nous attendons à d’autres remontées de ce genre, que nous étudierons rapidement”, a-t-il ajouté.

Les autorités américaines sont en lien avec les autorités britanniques, qui utilisent également le vaccin Pfizer, afin de mieux comprendre ces cas, a-t-il dit.

“La totalité des données actuelles continuent à justifier (l’utilisation) sans nouvelles restrictions” du vaccin Pfizer, mais ces cas “soulignent le besoin de rester vigilants pendant la première phase de la campagne de vaccination”, a affirmé Doran Fink.

Pour cela, “l’Agence américaine des médicaments collabore avec Pfizer pour poursuivre les modifications des recommandations et des informations sur la prescription du vaccin, afin de porter l’attention sur les directives des CDC (Centres de contrôle et de prévention des maladies) concernant le suivi post-vaccinale et la gestion des réactions allergiques immédiates”, a-t-il expliqué.

Ces modifications comprendront l’avertissement déjà en vigueur pour les personnes ayant des antécédents allergiques aux produits contenus dans le vaccins, à éviter de se faire vacciner pour l’instant.

Les installations effectuant la vaccination devront également s’assurer d’avoir à disposition immédiate un traitement contre les réactions allergiques sévères.

Ces avertissements vaudront aussi pour le vaccin Moderna, s’il reçoit l’autorisation de l’Agence américaine des médicaments.

Ces deux remèdes utilisent une nouvelle technologie, dite de l’ARN messager (mRNA), qui n’avait jamais été approuvée dans un vaccin avant Pfizer.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite