Un nouveau rapport US met en garde contre les liens de plus en plus étroits entre AQMI et le “Polisario”

Un nouveau rapport US met en garde contre les liens de plus en plus étroits entre AQMI et le
Les liens de plus en plus étroits entre le groupe terroriste d’Al-Qaïda dans le Maghreb Islamique (AQMI) et le « Polisario » constituent une menace qui plane sur la région du Sahel et du Maghreb, met en garde un rapport réalisé par le think tank US, Atlantic Council, et le Soufan Group qui est spécialisé dans les questions stratégiques internationales.
« Au mois d’octobre dernier, trois travailleurs humanitaires occidentaux ont été kidnappés, avec la complicité de sympathisants séparatistes, en plein coeur des camps de Tindouf (sud de l’Algérie), qui sont sous la coupe des milices du polisario », rappelle ce rapport intitulé: « L’extrémisme islamiste hypothèque la renaissance de l’Afrique ».
Cet enlèvement n’a, néanmoins, surpris personne, font observer les auteurs du rapport, en expliquant que les camps de Tindouf où des jeunes frustrés et désoeuvrés sont devenus une proie facile pour les recruteurs des groupes terroristes, à la recherche de bras pour mener leurs opérations de prise d’otages avec demande de rançons, de trafic de drogues et d’autres activités criminelles.
« La situation en Afrique du nord et d’autant plus grave qu’AQMI a été le bénéficiaire des circonstances de la chute du régime Kadhafi en profitant à souhait des flux d’armes et des militants qui avaient combattu aux côtés des forces loyales à l’ancien régime », poursuit le document. « Fort de cette nouvelle donne, Al-Qaïda dans le Maghreb Islamique a pu mener des opérations contre la Mauritanie, le Mali et le Niger », relève-t-on de même source.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite