Un humoriste amateur arrêté en Egypte pour appartenance à “un groupe interdit”

Un internaute égyptien très suivi sur Twitter pour ses blagues grivoises a été arrêté sur ordre du procureur pour la sûreté d’Etat qui le soupçonne d’avoir rejoint “un groupe interdit”, a déclaré mardi à l’AFP son avocat.

Islam al-Rifai, surnommé "Khorm", a été arrêté jeudi après avoir été attiré dans un piège, a expliqué à l’AFP son avocat Gamal Eid, un célèbre défenseur des droits de l’Homme qui est lui-même sous le coup d’une interdiction de quitter le territoire égyptien.

Selon l’avocat, des personnes ont contacté son client qui travaille dans le domaine informatique, pour lui demander de les aider à créer un site internet. "Ils l’ont rencontré dans un café du centre du Caire" où il a été arrêté puis emmené en détention, assure-t-il.

M. Eid ne dispose d’aucune information sur l’identité du "groupe interdit" que M. al-Rifai est accusé d’avoir rejoint.

Connu pour son sens de la satire et ses références explicites à la sexualité, le célèbre internaute compte près de 76.000 abonnés sur Twitter.

Il travaille "dans le domaine du marketing électronique et se tient éloigné de la politique ou des groupes religieux", a toutefois insisté son avocat.

Selon ce dernier, la détention de M. al-Rifai durera 15 jours, jusqu’au 3 décembre, le temps que les autorités poursuivent l’enquête à son encontre.

Sur Twitter, ses partisans ont relayé le hashtag "Khorm n’est pas un criminel" pour protester contre son arrestation.

Avec plusieurs centaines de sites bloqués et 25 journalistes emprisonnés selon le Comité de protection des journalistes, le régime du président Abdel Fattah al-Sissi fait l’objet de nombreuses accusations d’atteintes à la liberté d’expression.

Dans un contexte sécuritaire tendu, les autorités affirment de leur côté vouloir lutter contre le terrorisme et les groupes tentant de nuire à la stabilité du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite