Un an après l’élection de Tebboune, l’Algérie dans l’impasse

Un an après l’élection du président Abdelmadjid Tebboune, l’Algérie est au bord d’une crise institutionnelle en l’absence prolongée du chef de l’Etat, toujours convalescent en Allemagne où il a été soigné du coronavirus pendant un mois.

Arrivé au pouvoir le 12 décembre 2019 avec des velléités réformatrices censées jeter les bases d’une “Algérie nouvelle”, M. Tebboune, 75 ans, incarne aujourd’hui un pays dans l’impasse et des institutions bloquées. Comme un retour vers le passé, après les espoirs du mouvement de contestation (“Hirak”).Le 1er anniversaire de sa victoire, Abdelmadjid Tebboune l’a passé en convalescence dans un lieu non précisé d’Allemagne. Pourtant, le 30 novembre, la présidence avait annoncé son retour “dans les prochains jours”, réaffirmant qu’il était en “voie de guérison”.

M. Tebboune n’est pas apparu en public depuis le 15 octobre, une absence qui alimente rumeurs et désinformation.

Elle a replongé l’Algérie dans les affres humiliantes de la fin du règne de son prédécesseur Abdelaziz Bouteflika, quand ce dernier, frappé par un AVC en 2013, avait continué, impotent et aphasique, à assumer la charge présidentielle avant d’être chassé du pouvoir en avril 2019 par le Hirak.

 

Vacance du pouvoir ?

L’incertitude politique, à laquelle le retour de M. Tebboune ne mettrait pas nécessairement fin, a poussé certaines voix à réclamer l’application de l’article 102 de la Constitution, relatif à la vacance du pouvoir, afin d’éviter une crise institutionnelle.

En cas de maladie ou de démission du président, il revient au Conseil constitutionnel de constater l’état d’empêchement du chef de l’Etat. C’est le président par intérim du Sénat, en l’occurrence Salah Goudjil, un ancien combattant de la guerre d’indépendance âgé de 89 ans, qui assure l’intérim pendant une période maximale de 90 jours, en attendant l’élection d’un nouveau président.

“Nous devons être solidaires et régler nos problèmes internes entre nous”, a plaidé samedi le Premier ministre Abdelaziz Djerad, sans mentionner M. Tebboune parti pour l’Allemagne le 28 octobre.

Pilier du régime, l’armée reste elle la grande muette.

Officiellement, M. Tebboune tient toujours les rênes de l’Etat. Mais ce dernier n’a pu exercer aucune de ses prérogatives depuis près de deux mois: il n’a pas promulgué la nouvelle Constitution -projet phare de son programme électoral-, ni signé la loi de Finances 2021.

Elu lors d’un scrutin largement boudé par la population et de ce fait souffrant d’un manque de légitimité, il avait d’abord tendu la main au “Hirak béni”, mouvement antirégime suspendu en raison de l’épidémie Covid-19.

Il avait aussi promis de bâtir une économie “forte et diversifiée”, à même de réduire l’hyperdépendance de l’Algérie aux hydrocarbures.

“Malgré son handicap de départ, M. Tebboune pouvait se créer une légitimité, en lançant de grands projets de renouveau politique, économique et institutionnel. Il n’a pas pu, ou su le faire. Son action n’a pas créé d’adhésion, encore moins d’enthousiasme”, constate le journaliste et écrivain Abed Charef.

“La présidence de M. Tebboune a perdu toute crédibilité. Elle devient un handicap pour le pays.”

 

 “Prêches et blablas”

Un an après la présidentielle, force est de constater que des militants du Hirak, des opposants politiques, des journalistes et des blogueurs proches de la contestation sont toujours la cible de poursuites judiciaires, quand ils ne sont pas emprisonnés.

Sur le plan marcroéconomique, l’Algérie voit fondre ses réserves de change, les liquidités s’assécher et un marché pétrolier toujours déprimé par la crise sanitaire.

Selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), l’Algérie devrait subir une récession de 5,2% en 2020 ainsi qu’un déficit budgétaire parmi les plus élevés de la région.

Pour des économistes, le pays a épuisé toutes les possibilités offertes pour le financement du déficit, y compris la planche à billets, et le recours au financement extérieur sera “inéluctable” dans les prochains mois, malgré les assertions contraires des autorités.

Reflet des temps, dans un tableau intitulé “Que faire de son temps en Algérie?”, l’écrivain franco-algérien Kamel Daoud décrit un “pays sans loisirs, sans joie… vieux et ennuyeux”.

“Il s’est libéré pour s’enfermer. Il est mort jeune pour vieillir sans fin. Tout le reste est prêches et blablas.”

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite