L’Allemagne s’apprête à durcir les restrictions avant Noël

Confrontée à une seconde vague de Covid-19, l’Allemagne s’apprête à décréter la fermeture des commerces “non-essentiels” dès mercredi et pour au moins trois semaines, de crainte que la propagation du virus ne devienne incontrôlable avec les fêtes de fin d’année.

La chancelière Angela Merkel a entamé dimanche matin une réunion en visioconférence avec les dirigeants des 16 Länder en vue d’imposer des mesures plus drastiques, devenues inéluctables alors que le nombre de nouvelles infections au Covid-19 a battu des records ces derniers jours.

Selon un projet d’accord entre l’Etat fédéral et les Länder dont l’AFP a obtenu copie, outre la plupart des commerces, les écoles fermeront leurs portes dès mercredi et ce jusqu’au 10 janvier.

Les entreprises devront également privilégier le télétravail des salariés.

Les contacts sociaux devraient être limités à maximum cinq adultes de deux foyers différents et rester également très restreints du 24 au 26 décembre où les rencontres ne seront possibles qu’entre membres de la très proche famille.

 “Confinement complet”

 

Le dirigeant de la Bavière, Markus Söder, partisan de mesures drastiques, a tiré la sonnette d’alarme, affirmant que les chiffres des contaminations étaient “pires que jamais”.

“Nous ne devons pas perdre de temps et décréter un confinement complet”, a-t-il assuré dans die Welt am Sonntag.

Après six semaines de fermeture des restaurants, bars, théâtres, cinémas, musées et enceintes sportives, l’Allemagne doit faire le constat que ces restrictions sont insuffisantes.

“La situation reste très grave (…) elle a même empiré depuis la semaine dernière”, a alerté jeudi Lothar Wieler, président de l’institut de veille sanitaire Robert Koch (RKI). Selon lui, l’épidémie continue de progresser car la population n’a pas assez réduit ses contacts.

De fait, à l’approche des fêtes de fin d’année, de nombreux Allemands se retrouvent en groupe autour de stands de vin chaud ou de gaufres dans toutes les villes du pays au point que la chancelière Angela Merkel s’en est vivement inquiétée cette semaine devant les députés.

Beaucoup vaquent à leurs achats de Noël: certains grands magasins et centres commerciaux étaient quasiment pris d’assaut samedi avec de longues files d’attente se formant devant les entrées.

Mais dans une lettre ouverte à la chancelière, une trentaine d’acteurs du commerce de détail ont mis en garde contre les conséquences dramatiques d’une nouvelle fermeture des magasins juste avant Noël.

Le nombre des nouvelles infections quotidiennes a frôlé le seuil des 30.000 vendredi puis samedi, bien au-dessus de la moyenne journalière de la première vague, que l’Allemagne avait mieux maîtrisé que beaucoup de pays européens.

 Record

 

Le record du nombre de morts sur une journée a également été atteint jeudi avec 598 décès par rapport à la veille.

Dimanche, les chiffres sont légèrement retombés à 20.200 nouvelles infections en 24 heures et 321 morts mais cela est surtout dû au fait que certains nouveaux cas ne sont pas répertoriés durant le week-end.

Le chef du RKI a également invoqué “la fatigue” de la population, après presque dix mois de contraintes inédites, pour expliquer les difficultés auxquelles le pays fait face.

Cette évolution ne semble pas entamer la crédibilité de Mme Merkel qui reste largement en tête des personnalités politiques préférées des Allemands. Et pour cause: la chancelière s’est déclarée tout au long de l’automne favorable à des mesures plus dures mais sans avoir pu imposer ses vues aux chefs des régions, compétents en matière sanitaire.

Certaines régions n’ont pas attendu la réunion de dimanche pour prendre des mesures. En Saxe, l’Etat régional le plus frappé par l’épidémie actuellement, les fermetures de magasins et d’écoles vont entrer en vigueur lundi.

Les Allemands, certes encouragés à “rester chez eux”, ont toujours été libres de leurs mouvements et n’ont jamais subi de confinement strict comme en France par exemple.

Angela Merkel a cependant lancé mercredi un appel vibrant à limiter au minimum les contacts, y compris à Noël et au Jour de l’an.

“Si nous avons trop de contacts maintenant, avant Noël, et qu’ensuite c’est le dernier Noël avec les grands-parents, alors nous aurons raté quelque chose”, a-t-elle averti avec émotion devant la chambre des députés.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite