Stop ou encore: l’Opep+ attendu sur les coupes dans la production de pétrole

Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés se retrouvent samedi pour débattre des suites de leur réduction drastique de la production mise en place pour contrer les effets de la pandémie.

Prévu initialement la semaine suivante, ce sommet, qui s’ouvre à 12h00 GMT, a été avancé sur proposition du ministre algérien de l’Énergie Mohamed Arkab, lequel assure la présidence tournante de l’Opep.

La réunion aura lieu par visioconférence, en raison des restrictions de déplacement.

L’arme habituelle du cartel, fermer le robinet pour soutenir les prix, a été cette année employée avec une vigueur qui fera date. Après un accord arraché le 12 avril, ce sont pas moins de 9,7 millions de barils par jour (mbj) que les pays signataires de l’Opep+ devaient ensemble retirer du marché depuis le 1er mai pour faire face à une chute de la demande sans précédent aggravée par la pandémie de coronavirus.

Les termes de cet accord précisent que la réduction de la production évolue dans le temps: à compter du 1er juillet les coupes doivent passer à 7,7 mbj, jusqu’en décembre, puis à 5,8 mbj de janvier 2021 à avril 2022.

“Il semble maintenant très probable (que l’Opep+) prolonge d’un mois supplémentaire les réductions actuelles de mai-juin”, estime Bjørnar Tonhaugen, analyste chez Rystad Energy.

Certains observateurs de marché tablent sur une prolongation plus longue encore, jusqu’à la fin de l’été voire de l’année. Car même s’il est en marche dans de nombreuses régions du monde, le déconfinement n’a pas ramené la consommation de brut à son niveau d’avant crise, déjà inférieur à l’offre à l’époque.

Respecter son quota

Comme souvent, les négociations s’annoncent tendues entre la Russie et l’Arabie saoudite, les deux poids lourds de l’entente, qui ont même déclenché une courte mais intense guerre des prix après l’échec de précédentes négociations début mars.

La conformité entre les engagements pris par les pays et leur mise en œuvre pourrait constituer la principale pierre d’achoppement: ce sujet épineux “complique les efforts” de tout le groupe, d’après Al Stanton, analyste chez RBC.

Selon les calculs du fournisseur de données Kpler, le cartel élargi a réduit sa production d’environ 8,6 mbj en mai, soit 11% de moins que le volume prévu. L’Irak et le Nigeria sont pointés du doigt.

Malgré ces doutes, la politique de l’Opep a montré son efficacité puisque les cours sont remontés en ce début juin autour de 40 dollars le baril pour la référence américaine, le West Texas Intermediate (WTI), et son équivalent européen, le Brent de la mer du Nord.

Ils avaient atteint des plus bas historique aux alentours du 20 avril, heurtant la barre des 15 dollars pour le Brent et passant même en négatif pour le WTI.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite