Pour Najat Vallaud-Belkacem, Nicolas Sarkozy est un “mélange de Poutine et Berlusconi”

Najat Vallaud-Belkacem (PS) a critiqué le “modèle” de Nicolas Sarkozy dimanche 26 février dans un communiqué. Selon la porte-parole de François Hollande, il s’agit d’un “mélange de Silvio Berlusconi et de Vladimir Poutine”. L’UMP réplique.

Ce dimanche soir, Najat Vallaud-Belkacem , porte-parole de François Hollande, répond aux interventions de Xavier Bertrand et de Nathalie Kosciuscko-Morizet dans les médias du jour, guère amènes à l’égard du candidat socialiste.

"Une seule stratégie de campagne s’impose : mentir et tricher. Le vrai modèle de Nicolas Sarkozy n’est pas Angela Merkel, mais un mélange de Silvio Berlusconi et de Vladimir Poutine, avec le vide idéologique de l’un et la brutalité des méthodes de l’autre", affirme Mme Vallaud-Belkacem.

"Nicolas Sarkozy l’a compris, il ne gagnera pas l’élection présidentielle à la loyale : son bilan est indéfendable, sa personne est rejetée, il n’a pas de projet et son camp est miné par la division entre ceux qui courent après le Front National et ceux qui pleurent la disparition de la bonne vieille UDF", estime l’adjointe au maire de Lyon.

Selon la porte-parole de François Hollande, l’UMP "n’existe plus que par la peur panique de perdre le pouvoir". Une manière pour elle de répondre aux propos de Xavier Bertrand qui a utilisé les mêmes termes à l’encontre de François Hollande.

Pour elle, "le Nicolas Sarkozy qu’on cherche à vendre aux Français est un faux, une contrefaçon, un produit de contrebande imaginé par des cerveaux d’extrême droite et revendu par des valets sans morale comme Xavier Bertrand, qui ne prennent même plus la peine de justifier l’injustifiable en préférant insulter l’adversaire".

"Nicolas Sarkozy a gouverné en bande à part, il fait campagne en bande organisée. Tout un programme, en effet", estime encore Najat Vallaud-Belkacem.

Ce soir les membres de la cellule riposte de l’UMP ont réagi. Pour Franck Riester, député de Seine et Marne, "les déclarations de Najat Vallaud-Belkacem sont une succession d’injures plus abominables les unes que les autres et indignes du débat démocratique". Il y voit "une étape supplémentaire dans l’antisarkozysme érigé en stratégie politique".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite