Manifestations en Espagne après l’évacuation des “indignés”

5.000 personnes ont défilé dans les rues de Barcelone et des milliers d’autres à Madrid vendredi soir pour dénoncer l’évacuation manu militari des camps de tentes des jeunes "indignés".

Ils étaient 5.000 à défiler dans les rues de Barcelone pour crier leur colère après l’évacuation de leur campement un peu plus tôt dans la journée par les services municipaux sur la place de Catalogne. Les jeunes "indignés" y étaient installé depuis une dizaine de jours mais les autorités ont voulu faire place nette avant les célébrations de la Ligue des champions prévues pour ce samedi soir.

Une évacuation qui s’est déroulée dans un climat très tendu entre manifestants et forces de l’ordre. "121 personnes ont dû recevoir des soins, dont 37 policiers et 12 personnes qui ont été hospitalisées", a annoncé une porte-parole du service des urgences, précisant qu’il s’agissait surtout "de crises d’angoisse et de contusions".

Par solidarité, des milliers de personnes se sont également retrouvés dans les rues de Madrid dans la soirée. La foule agitait des fleurs ou des bouquets de toutes les couleurs, hurlant "Barcelone n’est pas seule" ou brandissant des pancartes avec les mots "Catalogne, nous sommes avec vous". Madrid, où le ministre de l’Intérieur Alfredo Perez Rubalcaba a annoncé que les autorités "étudiaient" une éventuelle évacuation de la Puerta del Sol. Au moins une dizaine de cars de police étaient stationnés vendredi soir dans les rues menant à la place.

Le mouvement des jeunes "indignés" est un mouvement lancé depuis le 15 mai en Espagne. Il se fédère via les réseaux sociaux sur internet avec des revendications multiples : le chômage, la "corruption" des hommes politiques ou la loi électorale favorisant les grands partis. Un mouvement qui se répand dans d’autres pays européens, notamment sur la place Syntagma dans le centre d’Athènes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite