Le Maroc prévoit l’introduction du gaz naturel liquéfié de 2020-2021

Le Maroc prévoit l’introduction du gaz naturel liquéfié de 2020-2021. “Cette introduction permettra à l’industrie marocaine d’avoir une alternative au fuel et de changer la structure du bouquet énergétique au Maroc”, selon le ministre marocain de de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Abdelkader AmaraM, soulignant que la part du gaz naturel dans le mix énergétique global passera de 3,61 pc en 2008 à 13,38 pc en 2025.

M. Amara, qui était l’invité du forum de la MAP organisé sous le thème "Le Maroc est-il à la veille d’une transition énergétique?", a indiqué que la feuille de route pour le gaz naturel liquéfié est fin prête, ajoutant que 70 pc de ce gaz sera orienté vers la production de l’électricité.

Le recours au gaz naturel liquéfié s’explique par la volonté du Royaume de renforcer son indépendance énergétique, eu égard de son prix au niveau international, a précisé M. Amara, soulignant que la transition énergétique est fondée sur la combinaison entre énergie fossile et renouvelable.

"Plus de 34 sociétés sont en prospection de pétrole et de gaz au Maroc permettant au pays, qui dispose de 900.000 km2 de bassins sédimentaires, dont 400.000 km2 sont en exploitation, de passer d’un "pays frontière" à un "pays prometteur", a indiqué le ministre.

Ce passage est favorisé par la superficie qui reste à exploiter ainsi que par le développement des forages qui touchent aussi l’offshore, a assuré M. Amara, notant qu’il n’existe aucune nouveauté concernant les explorations pétrolières et gazières.

"Les indices restent prometteurs pour les 4 années à venir, sur la base de la hausse du nombre des sociétés en prospection de pétrole et de gaz et l’augmentation du taux de forage", a-t-il ajouté.

Ce forum est l’occasion de clarifier les informations sur la prospection pétrolière et gazière dans le Royaume et d’évoquer les dispositions du Code des hydrocarbures, la facture énergétique et la politique de promotion des énergies renouvelables menée par le Maroc.

Cette rencontre offre aussi l’opportunité de débattre du secteur des mines à la lumière du nouveau Code minier et de l’attractivité de ce secteur pour les investisseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite