L’Espagne adopte un projet de loi limitant fortement l’avortement

Le gouvernement conservateur espagnol a adopté vendredi un projet de loi limitant fortement l’avortement et revenant à un système similaire à celui de 1985, en dépit de l’opposition des féministes et de la gauche qui dénoncent un “retour en arrière de 30 ans”.

Cette future loi, qui devrait être approuvée au Parlement où le Parti populaire détient la majorité absolue, annule une loi de l’ex-gouvernement socialiste de 2010 qui autorisait l’avortement jusqu’à 14 semaines et jusqu’à 22 semaines en cas de malformation du foetus.

Elle fixe "deux conditions pour autoriser l’avortement: la première, que celui-ci soit nécessaire en raison d’un grave danger pour la vie ou la santé physique ou psychologique de la femme, et la deuxième, que la grossesse soit une conséquence d’un délit contre la liberté ou l’intégrité sexuelle de la femme", a expliqué le ministre de la Justice, Alberto Ruiz-Gallardon, à l’issue du Conseil des ministres.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite