Joey Hood: “la position américaine vis-à-vis du Sahara n’a pas changé”

Le secrétaire d’État adjoint américain par intérim pour le Proche-Orient, Joey Hood, a affirmé mercredi à Rabat que “la position américaine vis-à-vis du Sahara n’a pas changé”.

Le secrétaire d’Etat adjoint Joey Hood, qui tenait une conférence de presse avec le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita, a réaffirmé la position américaine inchangée sur le Sahara, après la reconnaissance de la marocanité du Sahara le 10 décembre 2020 par l’administration Trump.

“Il n’y aucun changement de la position américaine. La seule chose qui a vraiment changé, c’est l’intensité de notre volonté d’aider le processus onusien à aboutir”, a-t-il déclaré.

« Le but est de produire des résultats probants. Pour cela, nous devons commencer aussi vite que possible par nommer l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour trouver une solution au conflit.

“C’est le but des Etats-Unis, mais également du Maroc qui est un exportateur de sécurité dans le monde entier depuis de nombreuses années”, a-t-il souligné.

Indiquant que le partenariat stratégique entre le Maroc et les États-Unis ne cesse de gagner en solidité, sous le leadership du roi Mohammed VI, le responsable américain a mis en exergue les relations séculaires et “profondes” unissant les deux pays, qui commémorent le bicentenaire de la première mission diplomatique US dans le Royaume (La légation américaine de Tanger) et célèbrent leur “200 ans d’amitié”.

A ce propos, il a rappelé que le Maroc était le premier pays à reconnaître l’indépendance des États-Unis.

M. Hood a, par ailleurs, salué le soutien “continu” et “précieux” du Maroc dans des questions d’intérêt commun, telles que le processus de paix au Moyen Orient, la stabilité, la sécurité et le développement dans la région et dans tout le continent africain.

“Le Maroc est un proche partenaire des États-Unis sur un nombre de questions sécuritaires”, a-t-il noté, relevant que le Royaume participe aux côtés des États-Unis à plus de 100 engagements militaires chaque année, y compris l’African Lion, le “plus grand exercice militaire dans le continent”.

Dans la même veine, le diplomate américain a rappelé que les deux pays ont signé, l’année dernière, une feuille de route décennale pour renforcer la coopération en matière de défense, saluant dans ce sens “un symbole de notre coopération stratégique de longue date”.

Évoquant les relations économiques bilatérales, M. Hood a fait observer que le Maroc est le seul pays lié par un accord de libre-échange (ALE) avec les États-Unis, qui célèbre cette année son 15è anniversaire.

“Nous et nos compagnies considérons le Maroc comme une porte d’entrée vers le continent africain”, a-t-il dit.

Pour M. Hood, les deux pays ont bénéficié “énormément” de cet accord à travers la création d’emplois, précisant que les échanges commerciaux ont quintuplé pour se chiffrer à 5 milliards de dollars annuellement.

Il a de même fait savoir que plus de 150 entreprises américaines s’activent dans le Royaume.

Sur un autre registre, le diplomate américain a mis en avant la coopération américano-marocaine en matière de lutte contre le nouveau coronavirus (Covid-19), saluant au passage la campagne nationale “largement réussie” de vaccination.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite