Enseignant décapité: Macron promet “d’intensifier” les actes contre l’islam radical

Le collectif Cheikh Yassine, “directement impliqué” dans l’assassinat sauvage d’un enseignant selon Emmanuel Macron, sera dissous en Conseil des ministres mercredi, a annoncé mardi le chef de l’Etat.

Le collectif Cheikh Yassine – du nom du fondateur du Hamas tué par l’armée israélienne en 2004 – a été créé par Abdelhakim Sefrioui, un militant islamiste radical actuellement en garde à vue dans l’enquête sur l’attentat de vendredi. M. Sefrioui avait notamment diffusé il y a quelques jours sur Youtube une vidéo dans laquelle il dénonçait le professeur assassiné, qualifié de “voyou”.

“Des décisions de ce type à l’encontre d’associations, de groupements d’individus, suivront dans les prochains jours et les prochaines semaines”, a ajouté Emmanuel Macron lors d’une courte allocution à la préfecture de Bobigny.

Emmanuel Macron a également  promis, à l’issue d’une réunion de la cellule anti-islamiste de Seine-Saint-Denis, que les actes contre l’islam radical “s’intensifieront”.

“Il ne s’agit pas de faire de nouvelles déclarations (…) ce sont des actes qui sont attendues par nos concitoyens. Ces actes s’intensifieront”, a-t-il dit aux côtés du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, alors qu’une vaste opération policière est lancée depuis lundi contre la mouvance islamiste.

L’exécutif avait déjà annoncé sa volonté de dissoudre plusieurs associations, au premier rang desquelles le Comité contre l’islamophobie en France (CCIF) et BarakaCity, deux organisations de défense et d’aide des musulmans.

Mardi devant les députés, le Premier ministre Jean Castex a affirmé vouloir viser “toutes les associations dont la complicité avec l’islamisme radical peut être établie”.

Depuis 20 ans une trentaine d’associations ont été dissoutes sur décision de l’Etat, en majorité des associations musulmanes ou d’ultradroite.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite