Elizabeth II s’accorde avec Harry et Meghan sur une “période de transition”

Elizabeth II dit "soutenir entièrement" le choix de Harry et Meghan

La reine Elizabeth II et la famille royale se sont accordés lundi sur une “période de transition” permettant au prince Harry et à son épouse Meghan de se mettre en retrait, pendant laquelle ils vivront entre le Royaume-Uni et le Canada, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

La souveraine de 93 ans dit “soutenir entièrement” le choix du couple princier et a demandé que les décisions finales soient trouvées “dans les jours qui viennent”, soulignant qu’il restait “du travail à accomplir” sur ces questions “complexes”, est-il précisé.

En pleine tempête royale provoquée par ses velléités d’indépendance, le prince Harry a par ailleurs affiché un front uni lundi avec son frère aîné William avant une réunion organisée par la reine Elizabeth II pour sortir la monarchie britannique de la crise du “Megxit”.

Tandis que le sujet fait la Une de presque tous les quotidiens britanniques, les deux petits-fils de la reine ont publié un communiqué commun dénonçant une “fausse histoire” publiée lundi et “l’utilisation offensante et potentiellement dangereuse” de mots “incendiaires”.

S’ils ne précisent pas le journal concerné, le Times rapporte des témoignages affirmant qu’Harry s’était senti rejeté de la famille royale en raison de l’attitude “agressive” de son frère William qui n’aurait jamais accepté sa femme Meghan et aurait remis le couple à sa place de manière répétée.

Ce communiqué commun inhabituel intervient en pleine tempête dans la famille royale. “Blessée” selon les journaux par l’annonce choc d’Harry et Meghan, la cheffe de la famille, et cheffe d’Etat, Elizabeth II, réunit lundi son fils Charles et ses deux petits-fils dans sa résidence de Sandrigham (est de l’Angleterre).

A 93 ans, la souveraine veut, avec sa famille, poser rapidement les bases du statut inédit réclamé par le duc et la duchesse de Sussex qui veulent garder un pied dans la monarchie (et certains avantages) tout en obtenant le droit de gagner de l’argent, en vivant une partie de l’année en Amérique du Nord.

L’épisode a ravivé le souvenir de l’abdication, en 1936, du roi Edouard VIII pour épouser Wallis Simpson, une Américaine divorcée – comme Meghan. Il avait fini sa vie en exil à Paris.

Harry, soucieux de s’éloigner d’une presse tabloïd impitoyable avec sa femme, avait auparavant pris ses distances avec son frère. Il avait déménagé du palais de Kensington où il habitait auparavant avec William et Kate et avait rompu avec la fondation où les deux couples oeuvraient ensemble. Dans une interview télévisée diffusée en octobre, il avait dit que William et lui suivaient “des chemins différents” et que leurs relations traversaient parfois “des mauvais jours”.

(Avec AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite