DSK : Tristane Banon n’a pas été convoquée à New York

L’avocat de Tristane Banon a démenti que le procureur de New York avait convoqué sa cliente dans le but de l’entendre sur le volet américain de l’affaire DSK. “Le procureur et ses services m’ont demandé de partager avec eux les éléments du dossier Banon, ce que j’ai catégoriquement refusé”, a expliqué Me David Koubbi

Aucune audition de Tristane Banon par le procureur de New York Cyrus Vance n’est pour l’heure programmée, a déclaré mercredi à l’AFP l’avocat de la jeune femme qui accuse DSK de tentative de viol à Paris en 2003, démentant tout "changement stratégique" de sa part. Citant une source proche de l’enquête, lefigaro.fr a écrit mercredi soir que Tristane Banon allait "être entendue prochainement pour témoigner dans le volet américain de l’affaire Strauss-Kahn" et que le "procureur Vance devrait faire une demande d’entraide pour que cette audition ait lieu". Et, en effet, mardi, Me David Koubbi a été reçu par des responsables du bureau du procureur de New York. Il était accompagné de l’avocat de Nafissatou Diallo, Kenneth Thompson. L’objet de l’entretien était de savoir si Tristane Banon accepterait de témoigner dans le volet américain de l’affaire.

Jusqu’à présent, l’avocat a toujours affirmé que lui et sa cliente refusaient de lier les volets français et américain de l’affaire DSK. Interrogé pour savoir si la réunion de mardi signifiait un changement de position sur ce point, l’avocat parisien a répondu: "Ce n’est pas un changement stratégique". Egalement interrogé pour savoir si lors de cette réunion avait été acté le principe d’une convocation de la jeune Française à New York, Me Koubbi a répondu: "Non, je ne confirme pas cette convocation. Cyrus Vance n’est pas en état de le faire". Mardi, "le procureur et ses services m’ont demandé de partager avec eux les éléments du dossier Banon, ce que j’ai catégoriquement refusé", a poursuivi l’avocat. "J’espère que ce ne seront pas des considérations politiques qui vont conduire le bureau de Cyrus Vance à prendre la décision qu’il aura à prendre", a-t-il dit à l’agence Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite