CSMD : la HACA appelle à soutenir et à mettre à niveau le pôle audiovisuel public marocain

La Commission Spéciale sur le Modèle de Développement (CSMD) a tenu, mercredi à Rabat, une réunion avec les représentants de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA), pour écouter leur vision sur le nouveau modèle de développement marocain.

La HACA a été représentée lors de cette réunion par sa présidente Latifa Akharbach, son directeur général Benaïssa Asloun, ainsi que par les membres du Conseil Supérieur de la Communication Audiovisuelle, Narjis Rerhaye, Ali Bakkali Hassani, Fatima Baroudi, Badia Erradi.

La présidente de la HACA, Latifa Akharbach a appelé à soutenir et à mettre à niveau le pôle audiovisuel public, et ce dans le cadre de l’élaboration du nouveau Modèle de développement.

Dans une déclaration à la presse à l’issue de la réunion qu’a consacrée la CSMD, présidée par Chakib Benmoussa, pour écouter la vision des représentants de la HACA, Mme Akharbach a indiqué que la Haute autorité de la communication audiovisuelle appelle à la mise à niveau du pôle audiovisuel public de point de vue économique et professionnelle, pour répondre aux attentes du citoyen marocain dans ce domaine.

Elle a également souligné la nécessité d’améliorer la qualité des contenus médiatiques pour relever le défi de la concurrence posé au pôle public, mettant en avant la relation étroite entre le système médiatique et les questions de développement, du changement sociétal et de la consécration du choix démocratique.

La HACA considère l’expérience des chaînes télévisées et stations de radio privées comme une étape « importante » en ce qu’elle a permis au Maroc de “libérer la parole, élargir la marge d’expression et de mettre à la disposition du citoyen marocain un contenu pluraliste et riche”, a relevé Mme Akharbach, appelant les médias, publics soient-ils ou privés, à promouvoir davantage le contenu culturel national, afin de le préserver et de le valoriser.

La CSMD avait décidé, le 24 décembre dernier, d’écouter les institutions et forces vives de la nation incluant les partis politiques, les syndicats, le secteur privé et les associations et ce, dans un esprit d’ouverture et de construction commune.

Cette écoute large et ouverte vise à recueillir les contributions et les avis des parties sollicitées en vue d’élaborer un modèle de développement, avait indiqué la Commission.

Dans cette même logique de participation et d’inclusion, la CSMD avait fait savoir qu’elle mettra en place une plate-forme digitale permettant de recevoir et de collecter les contributions et les idées soumises par les citoyens afin d’enrichir le débat et de partager les expériences et les réflexions.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite