Covid-19: Trump va annoncer l’achat de 150 millions de tests rapides à Abbott

 Donald Trump devrait annoncer jeudi l’achat de 150 millions de tests rapides du Covid-19 dans le cadre d’un accord avec le groupe pharmaceutique Abbott d’un montant total de 750 millions de dollars.

Le président républicain devrait l’annoncer dans la soirée lors de son discours clôturant la convention républicaine et officialisant sa candidature à l’élection de novembre.

“Il s’agit d’un développement majeur qui aidera notre pays à rester ouvert, à ramener les Américains au travail et les enfants à l’école”, a commenté Alyssa Farah, la directrice de la communication de la Maison Blanche.

“L’administration Trump est fière de s’associer au laboratoire Abbott pour rendre cet achat possible pour aider le peuple américain”, a-t-elle ajouté.

L’agence américaine des médicaments (FDA) avait accordé à Abbott mercredi soir une autorisation d’utilisation d’urgence pour son nouveau test d’antigènes du coronavirus.

Sur son site internet, Abbott indique qu’elle va le commercialiser à 5 dollars et qu’il permettra de fournir des résultats en 15 minutes.

Il ajoute que ce test est simple d’utilisation et qu’il ne nécessite pas d’équipement de laboratoire, comme pour un test de grossesse.

Dans un communiqué, Abbott ajoute qu’il livrera des dizaines de millions de tests en septembre, portant la production à 50 millions de tests par mois en octobre.

Interrogé par l’AFP sur l’achat qui pourrait être annoncé par Donald Trump, Abbott n’avait pas encore réagi.

Début août, des chercheurs d’Harvard avaient prôné l’adoption de tests rapides à un dollar, peu précis mais répétables plusieurs fois par semaine par toute la population.

Leur idée: s’affranchir du modèle actuel de tests moléculaires de haute précision (les tests PCR), encore trop rares dans une large partie des Etats-Unis, pour lesquels les gens font souvent la queue des heures, et attendent des jours pour les résultats.

Les tests rapides ont une sensibilité faible, c’est-à-dire qu’ils manquent beaucoup de cas positifs et donnent donc beaucoup de “faux négatifs”, mais pour certains experts, cette stratégie serait plus efficace en termes de santé publique puisqu’au niveau de la population, le nombre de cas identifiés serait plus grand qu’actuellement.

Car ils estiment que même si le test rapide manque la moitié des cas, il est probable qu’avec deux tests par semaine, il finira par les détecter.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite