Algérie: Ali Benflis considère la fraude comme son “principal adversaire”

Ali Benflis, candidat à l’élection présidentielle algérienne du 17 avril, a déclaré samedi à l’AFP que la fraude serait son “principal adversaire”, alors que le président sortant Abdelaziz Bouteflika est donné favori en dépit de ses problèmes de santé.

"La fraude est mon principal adversaire", a affirmé M. Benflis, qui a été le Premier ministre de M. Bouteflika au début de son premier quinquennat avant de devenir son rival malheureux lors de la présidentielle de 2004.

"Je dois rappeler qu’en 2004, le gagnant c’était la fraude. Le vainqueur c’était la fraude. Le perdant c’était la démocratie", a insisté M. Benflis, présenté à nouveau comme le principal rival du président sortant.

En 2004, M. Bouteflika avait été réélu au premier tour avec 85% des voix. M. Benflis était arrivé en deuxième position avec 6% des suffrages.

"Pour cette fois-ci, j’ai mis un dispositif en place qui luttera contre la fraude. J’ai préparé 60.000 observateurs, pour les 60.000 bureaux de vote. Ils seront là pour surveiller, pour contrôler, pour dénoncer la fraude", a expliqué M. Benflis à Biskra (450 km au sud-est d’Alger).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite