Affaire Bygmalion : “toute faiblesse devient une faute”, dit Hollande

Le président François Hollande a affirmé mardi à propos de l’affaire de fausses factures Bygmalion qui frappe l’UMP que face à l’extrême droite, "toute faiblesse devient une faute". "Quand il y a une extrême droite qui peut tout se permettre, toute faiblesse devient une faute", a déclaré M. Hollande à l’issue d’un sommet européen à Bruxelles. "Si tous les partis ne sont pas intraitables par rapport à ces questions là, c’est la démocratie qui peut s’en trouver affectée, infectée même", a-t-il ajouté.

"Le rôle du président de la République dans ces moments-là, dans cette situation, ce n’est pas de s’inviter dans la vie des partis politiques, c’est de fixer les règles, de faire respecter la loi", a-t-il souligné. "Depuis deux ans, j’ai mis les questions de transparence au coeur des décisions, et quand il y a eu un certain nombre d’affaires il n’y a pas eu de temps perdu pour les régler", a-t-il fait valoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite