Violence en ligne: les Etats-Unis ne signent pas “l’Appel de Christchurch”

Les Etats-Unis ne sont pas signataires de "l’Appel de Christchurch" auquel ont répondu mercredi les géants d’internet pour lutter contre la violence en ligne, deux mois après la diffusion en direct sur Facebook de l’attaque contre des mosquées en Nouvelle-Zélande.

"Bien que les Etats-Unis ne soient pas actuellement dans une position de se joindre à l’adhésion, nous continuons de soutenir les objectifs généraux représentés" par "l’Appel de Christchurch", a indiqué la Maison Blanche.

Par cet appel, initié par le président français Emmanuel Macron et la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern et déjà adopté par plusieurs pays, les plateformes internet –dont Facebook et Google– se sont engagées à lutter contre "les contenus en ligne terroristes ou extrémistes violents".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite