Vente de navires Mistral à la Russie: la France “doit livrer ou rendre l’argent”

La France doit se décider, livrer les navires de guerre Mistral à la Russie ou rendre l’argent, a déclaré jeudi le porte-parole de la diplomatie russe Alexandre Loukachevitch.

"La situation est simple: il y a des contrats qu’il faut remplir", a déclaré M. Loukachevitch interrogé lors d’une conférence de presse.

"Si la partie française a de nouvelles variantes, il faut en parler et ne pas utiliser la méthode du mégaphone diplomatique". "La France doit se décider. Ou rendre l’argent", a-t-il conclu.

La France a vendu en juin 2011 deux bâtiments Mistral pour environ 1,2 milliard d’euros à la Russie.

Le premier bâtiment a été baptisé "Vladivostok", et le second doit s’appeler "Sébastopol", du nom du grand port de Crimée, annexée en mars par la Russie.

Ce sont des BPC (bâtiments de projection et de commandement), c’est-à-dire des navires de guerre polyvalents pouvant transporter des hélicoptères, des chars, ou accueillir un état-major embarqué.

Dans les plans initiaux, la première livraison était prévue fin octobre-début novembre. Mais début septembre, le président français François Hollande a semblé remettre en cause le contrat en annonçant qu’il prendrait "à la fin du mois d’octobre" une décision sur la livraison de ces navires "en fonction de la situation" et selon l’état du cessez-le-feu décrété le 5 septembre et l’avancement du processus de paix dans les régions séparatistes de l’est de l’Ukraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite