Syrie : “Le temps est venu pour Assad de se retirer” (Obama)

Après des semaines de contestation et de répression sanglante, les Etats-Unis et l’Union européenne appellent le dirigeant syrien Bachar al-Assad à la démission. Comme Barack Obama qui a dit “qu’il était temps de se retirer”, Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et David Cameron appellent le président syrien à “quitter le pouvoir” et se prononcent pour “de nouvelles sanctions fermes” contre son régime, jeudi dans une déclaration commune.

Syrie :
"Pour le bien du peuple syrien, le moment est venu pour le président Assad de se retirer". Dans un communiqué, Barack Obama prend clairement position dans le dossier syrien. Jusqu’à présent, les Etats-Unis s’étaient contentés de condamner la répression en cours en Syrie depuis le mois de mars, au grand dam des associations de défense des droits de l’Homme alors que 2.000 personnes ont été tuées.

"L’avenir de la Syrie doit être décidé par son peuple, mais le président Bachar el-Assad s’y oppose. Ses appels au dialogue et aux réformes sont restés lettres mortes tandis qu’il emprisonne, torture et massacre son propre peuple", écrit-il.

Et le président américain va plus loin. Dans ce même communiqué, il annonce des "sanctions sans précédent [contre le régime syrien] pour renforcer l’isolement financier du régime de Bachar el-Assad et gêner un peu plus sa capacité à financer sa campagne de violence contre le peuple syrien". Il a notamment signé un décret interdisant l’importation de pétrole et de produits pétroliers de Syrie aux Etats-Unis et gelant tous les avoirs que l’Etat syrien pourrait avoir sous juridiction américaine.

Quelques minutes après la diffusion du communiqué de la Maison-Blanche, le président français Nicolas Sarkozy, le Premier ministre britannique David Cameron et la chancelière allemande Angela Merkel ont également appelé, dans une déclaration commune, Bachar el-Assad "à quitter le pouvoir".

"Nos trois pays estiment que le président Assad, qui a recours à la force militaire brutale contre son propre peuple et qui porte la responsabilité de la situation, a perdu toute légitimité et ne peut plus prétendre diriger le pays", lit-on dans un communiqué commun. "Nous l’appelons à tirer les conséquences du rejet total de son régime par le peuple syrien et à quitter le pouvoir, dans l’intérêt supérieur de la Syrie et de l’unité de son peuple", ajoute-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite