Royal veut renouer avec “la force citoyenne”

Au cours d’un rassemblement consacré au 30e anniversaire de la victoire de François Mitterrand, Ségolène Royal a développé ses arguments de candidate à la primaire socialiste. Et mis en avant les valeurs républicaines : liberté, égalité et fraternité afin que 2012 permette de “changer d’époque”.

Ce devait être un rassemblement destiné à évoquer les enseignements politiques de François Mitterrand deux jours avant le 30e anniversaire du 10 mai 1981, cela s’est transformé en meeting de campagne pour Ségolène Royal. Dimanche, la socialiste a en effet renoué avec son discours républicain de 2007 dans la salle des Blancs-Manteaux, située dans le 4e arrondissement de Paris. Vêtue d’une chemise à rayures bleues et blanches, la candidate à la primaire socialiste est arrivée sous les applaudissements du public, avec en fond sonore la chanson de Barbara "Regarde" écrite pour célébrer l’arrivée de François Mitterrand à l’Elysée.

Devant une assemblée d’environ 900 personnes, composée de plusieurs proches ou ex-ministres de l’ancien président, Ségolène Royal a insisté sur l’importance des valeurs républicaines. Les "promesses" de "liberté, égalité, fraternité", ce sont "trois valeurs, trois couleurs dont vous vous êtes emparés et vous avez bien fait", a-t-elle déclaré, exhortant les Français à s’emparer des couleurs bleu-blanc-rouge, car "elles appartiennent à tous". Le Front national ne doit pas s’en attribuer "le monopole", a aussitôt ajouté la présidente de la région Poitou-Charentes. "Ce drapeau, c’est aussi le vôtre, soyez en fiers !", a-t-elle lancé, s’adressant aux "jeunes des quartiers populaires".

"Elle a été parfaite"

Revenant au thème principal de ce rassemblement, Ségolène Royal a passé en revue quelques-unes des "leçons" à retenir de François Mitterrand. Parmi lesquelles: "répondre à l’espoir", avoir de la "fidélité à des valeurs", "l’amour de la France", "avoir de la tenue" ou encore du "courage"… Mais la socialiste a vite mis le cap sur 2012 et la campagne présidentielle qui s’annonce, et qui a déjà commencé depuis plusieurs semaines pour la candidate malheureuse de 2007. "Dans un an, nous devons renouer avec la victoire de la gauche !", a lancé Ségolène Royal, sous l’ovation de ses supporters qui scandaient "Ségolène, présidente !"

Dénonçant "le chômage de masse", "la précarisation généralisée", les "citoyens qui prennent des coups", la socialiste a réclamé que se "mette en mouvement" partout en France une "force citoyenne", de sorte que 2012 permette de "changer d’époque". La présidente de Poitou-Charentes était venue accompagnée de plusieurs de ses soutiens. "Le vrai successeur de François Mitterrand s’appelle Ségolène Royal", a ainsi déclaré Pierre Bergé venu s’exprimer à la tribune. Dans une interview au JDD dimanche, l’homme d’affaires et mécène affichait pourtant sa préférence pour Martine Aubry.

"Elle a été parfaite : proche des gens, beaucoup plus social que Dominique Strauss-Kahn", a déclaré à l’AFP Jacqueline, âgée de 75 ans, venue de Biarritz pour assister à ce meeting. "Le bleu-blanc-rouge ? J’adhère, ce sont les valeurs de tous les Français", a renchéri une Parisienne de 21 ans, membre du PS. Reste à savoir si cela suffira pour remporter la primaire socialiste. Rendez-vous en octobre prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite