Présentation vendredi par Macron d’une “stratégie de sortie progressive” du confinement

Une “stratégie de sortie progressive” des restrictions sanitaires sera présentée vendredi par le Président Emmanuel Macron, a confirmé mercredi le gouvernement.

Emmanuel Macron prendra la parole vendredi pour présenter “une stratégie de sortie progressive et phasée” des restrictions sanitaires en vigueur pour lutter contre le Covid-19, a annoncé le Premier ministre Jean Castex lors d’une conférence de presse. Cette prise de parole a été confirmée par l’Elysée, qui précise que la forme qu’elle prendra n’est pas arrêtée.

Jean Castex qui intervenait lors d’un point de presse à l’issue d’un Conseil de défense sanitaire et d’un Conseil des ministres a évoqué une “sortie progressive” de la crise sanitaire “à mesure que la campagne de vaccination se déploie”.

Il a également évoqué la levée de l’état d’urgence sanitaire, que le gouvernement veut remplacer par un “régime transitoire de sortie de crise” qui durerait jusqu’à fin octobre. Ce régime transitoire permettrait le cas échéant de reprendre des mesures pour freiner l’épidémie.

Un projet de loi de sortie de l’état d’urgence sanitaire a été présenté pour adoption mercredi en conseil des ministres.

Le texte, qui doit permettre de sortir de ce régime d’exception prorogé en février par le Parlement jusqu’au 1er juin, doit être soumis à l’Assemblée nationale “autour du 10 mai”, selon des sources parlementaires.

Ce projet de loi confère au Premier ministre des compétences en vue de prendre, du 2 juin au 31 octobre inclus, c’est-à-dire pendant cinq mois, des mesures “par décret (…) dans l’intérêt de la santé publique et aux seules fins de lutter contre la propagation de l’épidémie de Covid-19”.

Un conseil de défense sanitaire s’est tenu mercredi matin pour examiner la campagne de vaccination contre le Covid-19 et le calendrier du déconfinement progressif et prudent du pays.

La réunion, suivie d’un Conseil des ministres, s’est tenue alors que la situation sanitaire reste fragile, avec près de 5 950 malades du Covid-19 en réanimation et une pression toujours forte sur le système hospitalier.

Après un pic atteint à la mi-avril, la troisième vague de l’épidémie du Covid-19 amorce une décrue trop lente avec des indicateurs qui demeurent élevés dans leur ensemble, une situation qui a poussé l’exécutif à maintenir la vigilance et à multiplier les rappels à la prudence.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite