Paris dénonce “le simulacre d’élections” en Syrie

La France a dénoncé mercredi “le simulacre d’élections” législatives organisé par le régime syrien dans les régions qu’il contrôle, et souligné que le seul scrutin valable serait celui inscrit dans la feuille de route de l’ONU, prévoyant une élection à l’issue d’une période de transition.

Les élections législatives mercredi en Syrie "se tiennent sans vraie campagne électorale, sous l’égide d’un régime d’oppression et sans observation internationale", a déclaré le porte-parole du Quai d’Orsay Romain Nadal.

"Seuls sont appelés aux urnes les résidents d’une partie réduite du territoire, excluant des millions de Syriens déplacés ou réfugiés à l’étranger", a-t-il dénoncé, rappelant que la résolution 2254 adoptée en décembre par le Conseil de sécurité de l’ONU prévoit des élections après la mise en place d’une transition et l’adoption d’une nouvelle Constitution.

Ces élections "devront se tenir sous l’égide des Nations unies et selon les critères internationaux de transparence et d’équité", a-t-il ajouté.

Le scrutin organisé mercredi par le régime du président Bachar al-Assad, le deuxième depuis le début de la guerre en 2011, est dénoncé comme illégitime par l’opposition et les pays occidentaux.

Il est organisé alors que la trêve menace de voler en éclats, et au moment où reprennent officiellement des négociations de paix à Genève, sous l’égide de l’ONU.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite