Ouverture à Abidjan des travaux d’un colloque international sur le Dialogue interreligieux avec la participation du Maroc

Les travaux d’un colloque international sur le Dialogue interreligieux, organisé par le Conseil Supérieur des Imams, des Mosquées et des Affaires Islamiques de Côte d’Ivoire (COSIM) et la Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains, se sont ouverts, mercredi à Abidjan.

Intervenant à l’ouverture de ce colloque placé sous le thème “Le message éternel des religions”, le ministre, secrétaire général de la Présidence de la République de Côte d’Ivoire, Abdourahmane Cissé, représentant le président Alassane Ouattara, a mis en avant le choix de son pays pour abriter cette importante rencontre, notant que le gouvernement ivoirien avec à sa tête le Premier ministre Patrick Achi, adresse sa gratitude à la Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains.

“Je me félicite de ce que entre autres objectifs, la Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains œuvre à unifier et à coordonner les efforts des oulémas musulmans au Maroc et dans plusieurs pays africains en vue de faire connaître les valeurs de l’Islam tolérant, de les diffuser et de les consolider”, a-t-il souligné.

Dans cette même veine, le représentant du président Alassane Ouattara a relevé l’impératif d’un engagement collectif et à travailler dans ce sens face au péril de l’extrémisme religieux, faisant observer que la construction et la consolidation du dialogue interreligieux qui participe à l’entretien du lien social est indispensable au renforcement de la cohésion sociale, du vivre ensemble et de la paix.

La cérémonie d’ouverture a été marquée aussi par une allocution au nom des Oulémas du Maroc faite par Said Chabbar, représentant du Conseil Supérieur des Oulémas du Royaume, et dans laquelle il a indiqué que le dialogue des religions, objet de ce colloque, est une demande pressante de l’ensemble de l’Humanité, toutes civilisations confondues, quant à la recherche de la paix et de la sécurité mondiales.

“L’appel à la paix, à la sécurité, à la fraternité, à la coopération, comme aux grandes valeurs morales, fut le message de tous les prophètes, que les générations se sont transmis depuis toujours”, a-t-il enchaîné.

Pour les Oulémas du Royaume, le continent africain a besoin aujourd’hui, plus que jamais, de ces rencontres de dialogue et de communication entre les tenants des différentes religions, essentiellement chrétienne et musulmane, non seulement pour rentabiliser les fondements et les principes partagés, mais aussi pour contrer les méfaits de ces rivalités dont la mondialisation a enfoncé l’humanité aujourd’hui, et dont les incidences néfastes se font sentir dans les domaines de la famille, de la santé et de l’environnement.

L’objectif de cette rencontre, a insisté M. Chabbar, devrait être essentiellement la mise en relief du rôle des religions célestes dans l’ancrage des valeurs de paix, auxquelles aspire aujourd’hui l’Humanité entière, et dont l’Islam en fait un axe central.

M. Chabbar, président du Conseil local des Oulèmas de Béni Mellal, a rappelé à cet effet que la Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains, ainsi que toutes ses sections dans le continent, ne ménagent aucun effort pour faciliter cette communication et ce dialogue pour la paix et la sérénité des pays africains frères et amis.

Le colloque d’Abidjan (23-25 février) a pour objectifs de soutenir la pérennité de la paix en Afrique et en Côte d’Ivoire à travers le dialogue interreligieux ainsi que la continuité du message éternel des religions sur la paix dans le monde, outre l’ouverture des voies pour l’échange et l’écoute entre les adeptes des religions musulmane et chrétienne en Côte d’Ivoire et en Afrique, ont expliqué les organisateurs. Il vise également l’adoption de la Déclaration de paix d’Abidjan par les différents acteurs religieux et sociaux.

“La famille et l’école”, “la société civile ivoirienne et africaine”, “la formation et la sensibilisation des cadres religieux”, “religions, communication et prédication” et “pouvoirs publics et acteurs religieux face au phénomène de la radicalisation et de l’extrémisme religieux violent”, sont les principaux axes d’intervention lors de ce conclave.

Ce colloque international, qui rassemble des chercheurs et experts de tous les horizons africains de confession musulmane et chrétienne, connaît la présence de plus de 600 participants parmi lesquels figurent des personnalités de notoriété nationale ivoirienne et internationale, dont les présidents et membres des 34 sections de la Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite