“moi, je suis désolé, je ne suis pas Charlie”, déclare Jean-Marie Le Pen

Il a aussi dénoncé le rassemblement d’hommage aux victimes prévu dimanche à Paris, "orchestré par les médias".

"La manière dont tout cela est orchestré me rappelle des manifestations du même type qui furent organisées avec la complicité des médias, y compris des médias de droite", a-t-il déclaré.

En 1990, une grande manifestation à laquelle avait participé le président socialiste François Hollande avait eu lieu après la profanation d’un cimetière juif attribué à l’extrême droite. Les auteurs, identifiés six an plus tard, étaient membres d’un groupuscule néo-nazi mais n’avaient aucun lien avec le FN.

Une autre manifestation monstre avait eu lieu en 2002, après le premier tour de l’élection présidentielle où Jean-Marie Le Pen avait devancé le candidat de gauche, accédant au second tour face à Jacques Chirac.

Le Front National n’a pas été convié à la "marche républicaine", dimanche à Paris, à laquelle participeront la quasi-totalité des partis politiques, syndicats, associations, ainsi que de nombreux dirigeants étrangers.

"Nous trouverons d’autres moyens d’être en communion avec les Français", a assuré Marine le Pen. Elle avait dénoncé dès mercredi "un attentat terroriste commis par des fondamentalistes islamistes". Son père a estimé samedi que "ce phénomène terroriste est lié d’abord au phénomène de l’immigration massive".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite