Mazarine Pingeot : “Chez Hollande comme chez Mitterrand, il y a une persévérance”

"J’ai la réponse que l’enfance façonne un destin mais de façon très différente selon les enfances et selon les destins". Invité sur Europe 1 lundi matin, Mazarine Pingeot, qui vient de publier avec Jean-Michel Djian "La part d’enfance" (éditions Julliard), est revenue sur sa propre enfance.

"On est toujours précédé par la politique, c’est pour cela que c’est difficile de ne pas en faire, mais c’est aussi difficile d’en faire", a confié la fille de François Mitterrand. "Moi je n’ai pas voulu en faire car j’en ai connu les aspects négatifs étant enfant", a confié Mazarine Pingeot. "On n’aime jamais que ses parents soient attaqués. Il y a cette blessure-là qui fait qu’on veut les protéger mais je ne pouvais pas le défendre (son père, François Mitterrand) de manière publique", a ajouté l’écrivain.

François Mitterrand et François Hollande ont-ils des points communs ? "Il y a une ténacité, une persévérance, une façon de demeurer indifférent à la critique et au regard des autres, ce qui est, je pense une qualité pour être président", a confié Mazarine Pingeot.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite