Maroc-Manifestation à Larache: “Aucune entrave à la liberté de travail et de circulation ne sera tolérée ” (Intérieur)

Le ministère de l’Intérieur a condamné avec vigueur les actes de violence auxquels se sont livrés certains manifestants à l’encontre des forces de l’ordre qui assuraient le déroulement normal de l’opération de labour pour la plantation de riz dans la province de Larache (Maroc), affirmant qu’"aucune entrave à la liberté de travail et de circulation ne sera tolérée et que les autorités publiques veilleront à la stricte application de la loi et en sanctionneront toute violation".

Dans un communiqué parvenu samedi à la MAP, le ministère précise que les manifestants ont procédé à des jets de pierres à l’encontre des forces de l’ordre causant plusieurs dizaines de blessés, et tenté de bloquer la circulation sur la RN reliant Larache à Ksar El Kébir au niveau du cercle de Laaouamra.

Depuis plus de deux mois, les opérations de labour sont interrompues de façon violente par des manifestants originaires des douars de "Chlihate" et "Shishate", limitrophes d’un terrain domanial sis à la commune rurale de Zouada, province de Larache, exploité par une société espagnole.

Ce terrain domanial est exploité actuellement par la société AGRO-Merouane, filiale du groupe espagnol Mundiriz, au titre de deux contrats de location signés en 1998, rappelle le ministère.

Suite aux réunions présidées par les autorités provinciales et locales, précise-t-on de même source, les représentants de la société espagnole et les délégués des douars concernés, un compromis a été trouvé, consistant en la création d’une ceinture de protection contre les moustiques de 150m de large et de 10 km de long, et de mise en place d’un programme d’accompagnement aux coopératives qui seront créées par les habitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite