Maroc : le journaliste Soulaimane Raissouni placé en détention pour agression sexuelle contre un jeune homosexuel

Le directeur de la rédaction du quotidien Akhbar al-Yaoum, Soulaimane Raissouni, soupçonné d’agression sexuelle contre un jeune homosexuel , a été placé lundi en détention préventive.

Le journaliste de 48 ans a été incarcéré à la prison d’Oukacha suite à une   décision d’Abdelouahed Mjid, juge d’instruction à la Chambre criminelle de la Cour d’appel de Casablanca. Sa première audition est prévue le 11 juin.

Soulaimane Raissouni a été interpellé vendredi dernier suite à des accusations  publiées sur Facebook par un militant pour les droits des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bies, trans). Le  jeune homme prénommé Adam relatait le viol dont il a été victime il y a de cela deux ans. Convoqué par la police judiciaire sur ordre du parquet général, le jeune homme a confirmé les faits et divulgué le nom de son agresseur.

Le juge d’instruction près de la cour d’appel de Casablanca a décidé “de placer Soulaimane Raissouni en détention préventive pour les besoins d’une enquête sur des faits présumés d’attentat à la pudeur avec violence et séquestration”, au terme de sa garde-à-vue lundi, a précisé à l’AFP son avocat Said Benhommani.

Dans un post sur sa page facebook, un avocat islamiste, d’Abdelmoula Al Marouri, ami d’enfance de Soulaimane Raissouni, s’est dit scandalisé qu’un “déviant sexuel puisse porter plainte au Maroc, alors que c’est lui qui devait être arrêté et non le journaliste”.

“La culture du viol a de beaux jours devant elle”, a commenté Ibtissam Lachguar, une militante du collectif de défense des libertés individuelles MALI.

Lundi, le syndicat national de la presse marocaine a pour sa part rappelé dans un communiqué “la présomption d’innocence”, dénonçant “la diffamation dont sont victimes les protagonistes de cette affaire”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite