“Mallettes africaines”: l’enquête sur les accusations de Bourgi

La justice française a classé sans suite l’enquête ouverte après les déclarations d’un conseiller de l’ombre de l’Elysée pour les affaires africaines sur la remise de fonds africains occultes à l’ex-président Jacques Chirac et son Premier ministre Dominique de Villepin, a-t-on appris mercredi auprès du parquet de Paris.

Dans une retentissante interview à un hebdomadaire français publiée le 11 septembre, l’avocat Robert Bourgi avait affirmé avoir transporté à plusieurs reprises dans des valises des sommes provenant de chefs d’Etat africains, pour un montant de quelque 20 millions de dollars, pour les remettre à MM. Chirac et Villepin.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite