Londres risque le “suicide économique”

La Grande-Bretagne risque un "suicide économique" si elle reste en marge des décisions politiques de l’Union européenne. C’est ce qu’a déclaré dimanche le vice-Premier ministre britannique, Nick Clegg. Le chef du parti libéral-démocrate a ajouté qu’une renégociation des traités européens risquait "d’ouvrir la boîte de Pandore, nous laissant paralysés par des affrontements idéologiques, un nombrilisme institutionnel et des demandes particulières de chaque Etat membre".

Nick Clegg a également expliqué que ses priorités étaient d’éviter si possible de modifier les traités européens, de nouer des alliances avec des pays libéraux et de libéraliser le marché des services au sein de l’Union.

Il y a quelques jours, plus d’un quart des députés du Parti conservateur au pouvoir avaient rompu avec la politique du gouvernement et voté pour un référendum sur la sortie de l’Union européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite