Le parlement européen demande le gel temporaire des négociations d’adhésion à l’UE avec la Turquie

Le parlement européen a appelé, jeudi, au gel temporaire des négociations d’adhésion à l’UE avec la Turquie, arguant de la répression “disproportionnée” menée par Ankara au lendemain de la tentative de coup d’Etat avortée en juillet dernier.

Dans une résolution adoptée par 479 voix contre 37 contre et 107 abstentions, le parlement a affirmé que "la Turquie est un partenaire important de l’Union européenne", tout en soulignant que ce pays "ne fait pas montre de cette volonté politique, et les mesures gouvernementales ne font qu’éloigner la Turquie de la voie européenne".

La résolution a ainsi condamné fermement les "mesures répressives disproportionnées" prises par le gouvernement turc depuis la tentative de coup d’État, soulignant qu’elles "violent les droits fondamentaux et les libertés protégés par la Constitution turque".

Le parlement a indiqué par ailleurs qu’il s’engage à revoir sa position "une fois que les mesures disproportionnées prises dans le cadre de l’état d’urgence en Turquie auront été levées".

La résolution du parlement de Strasbourg a été qualifiée, jeudi, de "nulle et non avenue" par le ministre turc des Affaires européennes Omer Celik et le président turc Recep Tayyip Erdogan avait qualifié mercredi que le texte du parlement était "sans valeur quel qu’en soit le résultat", même s’il est seulement consultatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite