Le Maroc “une base idéale” pour l’implantation d’industries (Coface)

La position géographique du Maroc et la taille de son marché en font “une base idéale” pour l’implantation d’industries, affirme la Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur (Coface) dans son rapport annuel.

Dans son évaluation 2011 du "risque pays", la Coface maintient la note A4 pour le Maroc, jugeant que la probabilité moyenne d’un défaut de paiement y "reste acceptable" avec un environnement des affaires qui demeure "convenable".

Pour l’assureur-crédit à l’exportation pour le compte de l’Etat et des entreprises en France, l’installation d’industries dans le Royaume est notamment favorisée par "une stratégie de montée en gamme et de diversification de la production", avec des secteurs prioritaires (automobile, aéronautique, électronique, chimie, mais aussi le textile/cuir et l’agroalimentaire).

Parmi les points forts de l’économie marocaine, le rapport cite également la présence de ressources naturelles et d’un vaste potentiel touristique, la proximité du marché européen, la politique nationale de stabilité macroéconomique, en plus de la stabilité politique du pays.

Après avoir fait preuve d’une "très bonne résistance" à la crise en 2009, la croissance de l’économie marocaine continuera à être portée en 2011, comme en 2010, par la demande interne, selon les experts de la Coface. Ils estiment que la reprise des activités non-agricoles, enclenchée en 2010, devrait se poursuivre, cette année, avec la montée notamment des secteurs de l’énergie, de l’automobile ou encore du bâtiment, "sous l’impulsion du développement du logement social par le gouvernement".

Le rapport considère que la contribution "déterminante" de la demande interne explique, pour partie, que "la croissance doive rester soutenue au Maroc, en dépit d’une dépendance envers l’Union européenne (UE) où celle-ci restera molle".

La Coface, longtemps établissement public, est actuellement filiale du groupe financier Natixis. La compagnie assure la gestion des garanties publiques à l’exportation pour le compte de l’Etat français et conseille les entreprises dont plus de 200 groupes mondiaux, pour la gestion du risque.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite