L’Eurogroupe approuve le versement d’une tranche d’aide de 4,3 milliards d’euros au Portugal

L’Eurogroupe a annoncé lundi avoir donné son feu vert au versement d’une nouvelle tranche d’aide au Portugal d’un montant de 4,3 milliards d’euros, dont une partie sera versée par le Fonds monétaire international (FMI).

La tranche d’aide approuvée se composera de 800 millions d’euros provenant du FESF, le pare-feu temporaire de la zone euro, 2 milliards de l’Union européenne, qui doivent être approuvés mardi par les ministres des Finances des 27, et 1,5 milliard d’euros qui seront versés par le FMI.

"Je recommanderai au conseil d’administration le déboursement de cette somme”, a indiqué la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion de l’Eurogroupe à Luxembourg.

Selon un document publié à l’issue de cette réunion et repris par les médias portugais, les ministres des Finances de la zone euro ont salué les actions entreprises par le gouvernement portugais, qui a annoncé ces derniers jours une hausse générale des impôts pour répondre aux exigences de la troïka (UE, BCE et FMI), représentant les créanciers internationaux du pays.

L’Eurogroupe a également approuvé l’accord entre les autorités portugaises et la troïka sur la révision des objectifs budgétaires du pays, ajoute le communiqué.

Confronté à une forte récession économique et à un chômage record, Lisbonne a obtenu début septembre un assouplissement de son objectif de déficit public. Les créanciers du Portugal lui ont accordé un délai supplémentaire d’un an pour assainir ses finances publiques, en lui fixant de réduire son déficit à 5 pc du PIB cette année, contre 4,5 % auparavant, puis à 4,5 % du PIB en 2013, contre les 3 % prévus lors de son sauvetage en mai 2011.

En échange d’un prêt de 78 milliards d’euros de l’UE et du FMI, le Portugal s’est engagé à mettre en œuvre un vaste programme de rigueur et de réformes qui a entrainé une contraction de 3,3 % du PIB au deuxième trimestre et une hausse du chômage qui touche plus de 15 % de la population active.

Afin de répondre aux exigences de ces bailleurs de fonds, le gouvernement a dévoilé la semaine dernière de nouvelles mesures d’austérité comprenant une forte hausse généralisée des impôts. Ces mesures figurent dans le projet de budget 2013 qui doit être remis au Parlement le 15 octobre et voté fin novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite