DSK et le Sofitel: condamnation confirmée pour Régis Jauffret

Dominique Strauss-Kahn a obtenu jeudi en appel la confirmation de la condamnation en diffamation de l’auteur de “La Ballade de Rikers Island”, un roman sur l’affaire du Sofitel qui a coûté sa carrière à l’ancien patron du Fonds monétaire international (FMI).

Tranchant entre liberté d’expression et protection de l’honneur, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement de première instance contre Régis Jauffret. Elle relève, dans une décision que l’AFP a pu consulter, que la peine prononcée "sanctionne dans une juste mesure les faits reprochés".

En juin 2016, le tribunal correctionnel de Paris avait condamné l’écrivain à une amende de 1.500 euros avec sursis, ainsi qu’à 10.000 euros de dommages et intérêts au titre du préjudice moral pour certains passages de son ouvrage et à 5.000 euros pour des propos tenus à la radio pendant la promotion de son livre. La justice avait aussi interdit toute nouvelle édition du roman comportant les passages jugés diffamatoires.

La cour d’appel a, comme en première instance, débouté l’ancien ministre de ses demandes concernant les Éditions du Seuil et leur patron Olivier Bétourné, déclarant nulle la citation délivrée à son encontre.

L’avocat de M. Strauss-Khan avait dénoncé une "diffamation effroyable" distillée à travers ce roman de plus de 400 pages paru le 16 janvier 2014, qui décrit la chute d’un homme, le désarroi d’une femme et, de façon très précise, une "scène de viol". Le seul nom cité dans ce livre est celui de Nafissatou Diallo, la femme de chambre du Sofitel de New York qui a envoyé Dominique Strauss-Kahn en prison, à Rikers Island, sur des accusations de viol en mai 2011.

Les avocats de Régis Jauffret et du Seuil avaient plaidé la liberté totale de la "création littéraire", y compris celle "de mentir, d’inventer".

(Source AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite