Damas prêt à coopérer avec la communauté internationale contre l’EI

Les autorités syriennes se sont déclarées lundi prêtes à coopérer avec la communauté internationale pour lutter contre les jihadistes, dont ceux de l’Etat islamique (EI) accusé par l’ONU de “nettoyage ethnique et religieux” en Irak.

Ce groupe ultra-radical a proclamé fin juin un califat à cheval sur l’Irak et la Syrie où il contrôle de larges pans de territoires.

Sur le terrain, l’EI a enregistré une importante victoire en Syrie en s’emparant dimanche d’un aéroport militaire, mais a perdu du terrain côté irakien.

Le régime de Damas s’est déclaré lundi "prêt à une coopération et à une coordination" avec la communauté internationale pour lutter "contre le terrorisme dans le cadre de la résolution 2170 du Conseil de sécurité de l’ONU". Cette résolution vise à empêcher le recrutement et le financement des jihadistes en Syrie et en Irak.

Néanmoins, a souligné le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem, toute frappe américaine contre les jihadistes en Syrie devra être coordonnée avec Damas, car sinon il s’agirait d’une agression.

Washington, qui a mené depuis le 8 août plus de 90 frappes contre l’EI dans le nord de l’Irak, a durci ces derniers jours le ton, affirmant sa détermination à poursuivre ses raids et envisageant de les étendre à la Syrie, où ce groupe ultra-radical affronte à la fois les rebelles et le régime de Bachar al-Assad.

Le président américain Barack Obama "n’a pas (encore) pris de décision" concernant d’éventuelles frappes en Syrie, a toutefois affirmé lundi son porte-parole Josh Earnest.

En revanche, les Etats-Unis sont sur le point d’envoyer des avions-espions et des drones au-dessus de la Syrie pour repérer les jihadistes ultra-radicaux et préparer le terrain pour d’éventuelles frappes aériennes, a indiqué un haut responsable américain à l’AFP lundi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite