Coronavirus: Le Parlement français adopte un 3e budget rectifié pour 2020

Le Parlement français a définitivement adopté, jeudi en début de soirée, le troisième projet de budget rectifié pour 2020 et de nouvelles mesures d’urgence pour faire face aux répercussions de la crise consécutive à la pandémie du nouveau coronavirus.

Ce projet de loi de finances rectificative (PLFR) a reçu un ultime feu vert en fin de journée de l’Assemblée nationale, après son adoption plus tôt par le Sénat.

Dans ce troisième texte du genre élaboré depuis le début de la pandémie de Covid-19 en France, l’exécutif table sur une récession de 11% du PIB en 2020, un déficit de 11,4% et une dette publique à 120,9% du PIB.

Il vise à renforcer le dispositif de soutien aux secteurs les plus touchés par la crise et à déployer des mesures exceptionnelles d’aide aux collectivités territoriales et d’accompagnement des plus précaires.

Le texte prévoit des plans de soutien et d’urgence aux secteurs économiques les plus impactés par la crise, dont le tourisme (18 milliards d’euros), l’aéronautique (5 milliards) ou encore l’automobile (8 milliards), ainsi qu’un soutien de 4,5 milliards d’euros aux collectivités territoriales.

Le projet de loi intègre aussi des plans de soutien pour le secteur des entreprises technologiques, aux start-up et au secteur du BTP ainsi qu’un plan d’aides à la filière du livre, outre une mesure d’exonération de cotisations et contributions sociales patronales, associée à un crédit de cotisations et d’aides pour les plus fragiles, avec un renforcement des moyens dédiés à l’hébergement d’urgence et à la lutte contre les violences faites aux femmes.

Il comprend en outre une série de nouvelles ouvertures de crédits dont 744 millions d’euros en autorisations d’engagement pour l’apprentissage, 50 millions pour le financement du repas à un euro pour les étudiants boursiers, 75 millions pour renouveler et “verdir” la flotte de véhicules de la police et de la gendarmerie.

Selon les médias de l’hexagone, il s’agit du dernier budget rectifié pour 2020. Le plan de relance de 100 milliards d’euros annoncé dernièrement par le président Emmanuel Macron sera présenté en Conseil des ministres le 24 août prochain et intégré au projet de loi de finances pour 2021.

La crise économique consécutive à l’épidémie du coronavirus a eu un impact “sans précédent” sur l’économie française avec la destruction de centaines de milliers de postes de travail, en dépit du dispositif de chômage partiel mis en place par l’exécutif pour préserver les emplois et atténuer l’impact de la crise sur les entreprises.

Selon des estimations de l’Institut national de la statistique (Insee), quelque 502.400 emplois ont été supprimés au premier trimestre 2020 en France, en raison notamment de Covid-19, alors que l’Unédic, organisme chargé de la gestion de l’assurance-chômage anticipe la perte de 900.000 emplois fin 2020, contre 800.000 prévus par le gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite