Attentat avorté de Villejuif en 2015: la perpétuité requise contre Sid-Ahmed Ghlam

La réclusion criminelle à perpétuité a été requise lundi à l’encontre de l’étudiant algérien Sid-Ahmed Ghlam, accusé d’avoir projeté un attentat contre une église de Villejuif (Val-de-Marne) et d’avoir assassiné une jeune femme en avril 2015.

“Ce procès ne rendra pas à Juliette (la fille de la victime Aurélie Châtelain, ndlr) sa mère mais il lui apprendra que la société est régie par la justice et non par la violence”, a mis en avant l’avocate générale au terme d’un réquisitoire de six heures devant la cour d’assises spéciale de Paris.

Dans son box, Sid-Ahmed Ghlam, 29 ans, est resté sans réaction. Tandis que d’autres accusés – ils sont huit au total -,  baissaient la tête, accablés, le jeune homme, comme depuis le début de son procès le 5 octobre, est demeuré impassible, évitant le regard de la famille de la victime.

“On a toujours parlé à tort de l’attentat manqué de Villejuif. C’est oublier qu’Aurélie Châtelain a été assassinée ce dimanche 19 avril sur un parking de Villejuif”, avait rappelé d’emblée l’avocate générale. “Elle a été la première et heureusement la seule victime de l’attentat de Villejuif… Elle avait 32 ans et toute la vie devant elle”.

A l’annonce du réquisitoire, la famille de la jeune femme semblait soulagée même si elle n’aura pas obtenu toutes les réponses sur les circonstances de l’assassinat.

L’assassinat d’Aurélie Châtelain n’était pas “une maladresse”, a soutenu l’avocate générale en rappelant que l’objectif du groupe Etat islamique, auquel Sid-Ahmed Ghlam avait fait allégeance, était de “frapper n’importe qui, n’importe quand pour semer la terreur”.

 

 Des peines lourdes pour les “logisticiens”

 

L’avocate générale a réclamé des peines de plus de 20 ans de réclusion à l’encontre de deux autres accusés, considérés comme des “logisticiens” ayant fourni armes et matériel à Sid-Ahmed Ghlam.

Elle a ainsi demandé 30 ans de réclusion dont une période de sûreté des deux-tiers à l’encontre de Rabah Boukaouma et de 25 ans de réclusion (dont deux-tiers de sûreté) à l’encontre de Farid Brahami.

Né en 1980 à Mantes-la-Jolie (Yvelines), cousin d’Abdelnasser Benyoucef – le commanditaire qui a dirigé depuis la Syrie Sid-Ahmed Ghlam –, Rabah Boukaouma est accusé d’avoir commandé les gilets pare-balles retrouvés chez Sid-Ahmed Ghlam et d’avoir récupéré une voiture qui servira de cache d’armes à l’étudiant algérien.

Ce n’est pas non plus un inconnu des services de renseignement. En 2005, il a déjà été mis en cause dans un autre dossier jihadiste, celui du réseau Chérifi.

Farid Brahami, 44 ans, est accusé quant à lui de participation à une association de malfaiteurs terroristes et de complicité d’assassinat.

Dans la chaîne de préparation de l’attentat telle que reconstituée par l’accusation, Farid Brahami est un maillon important, qui relie Rabah Boukaouma à un autre accusé, Abdelkader Jalal.

Ce dernier est celui qui a vendu les gilets pare-balles à Rabah Boukaouma et lui aurait fourni la voiture qui a servi de cache d’armes. A son encontre, l’avocate générale a réclamé une peine de 15 ans de réclusion (dont deux-tiers de sûreté).

L’enquête a montré que les trois hommes se connaissaient et étaient des habitués d’une crêperie des Mureaux (Yvelines), considérée comme un lieu de rendez-vous d’islamistes.

Elle a également établi que Rabah Boukaouma et Abdelkader Jalal ne communiquaient jamais directement, mais uniquement via Farid Brahami.

“Chacun, à son niveau, a participé à la préparation de l’attentat”, a affirmé l’avocate générale.

L’avocate générale a également réclamé la perpétuité pour les deux commanditaires de l’attentat, Abdelnasser Benyoucef et Samir Nouad, jugés en leur absence et probablement morts dans la zone irako-syrienne en 2016 et 2017.

Les avocats des accusés s’exprimeront mardi et mercredi. Le verdict est attendu jeudi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite