Algérie: “le professionnalisme dans le football est irréversible” (Raouraoua)

L’avènement du professionnalisme dans le football algérien est "irréversible", mais "va s’effectuer progressivement", avec le soutien des pouvoirs publics, a souligné le président de la Fédération algérienne de football (FAF), M. Mohamed Raouraoua, samedi à Alger.

"Nous allons progressivement, mais d’une manière irréversible, vers le professionnalisme", a déclaré Raouraoua lors d’une conférence de presse au stade du 5 juillet, précisant que "l’Etat a décidé d’accompagner les nouveaux clubs professionnels jusqu’a ce qu’ils atteignent leur niveau de maturation".

"Aujourd’hui, nous sommes satisfaits d’avoir mené cette opération et de voir éclore le professionnalisme dans notre football", a dit le premier responsable de la FAF.

"Nous avons mis tout un dispositif en place pour réussir cette opération qui exige le recours à des règles de gestion rigoureuses, aussi bien sur le plan matériel et infrastructurel que sur le plan de la ressource humaine", a-t-il indiqué.

Le coup d’envoi du premier championnat professionnel sera donné le 24 septembre prochain avec la participation de 32 clubs scindés en deux ligues (1 et 2) de 16 clubs chacune.

Les 32 clubs ayant bénéficié du statut de club professionnel, ont satisfait globalement aux conditions contenues dans le cahier des charges, mais la FAF leur a accordé "une année de plus pour qu’ils poursuivent l’application totale du contenu du cahier des charges".

La Fédération va mettre en place une structure de contrô le des clubs et va exiger, à partir de la saison prochaine, que le capital du club soit "suffisant pour permettre à l’équipe de football de participer au championnat professionnel".

Le règlement et le code disciplinaire du football professionnel seront publiés dans les prochains jours par la FAF.

Le président de la FAF a également évoqué en outre d’autres aspects qui vont concourir à la réussite de l’option professionnelle, notamment l’acquisition du centre technique de Sidi Moussa qui est doté de toutes les commodités nécessaires.

Concernant la formation des entraîneurs, plus de 500 coaches ont bénéficié de stages de formation ou de recyclage, et ce afin de combler "le déficit énorme" enregistré dans ce domaine. " Nous avons un besoin de 2500 entraîneurs environ pour encadrer les clubs en Algérie", a révélé Raouraoua, sachant qu’il s’agit surtout pour les petites catégories des 1540 clubs dans le pays.

"Un chantier est ouvert dans le football national qui sera terminé à la fin de l’année et qui permettra à terme d’assurer le développement harmonieux du football algérien", a conclu le président de la FAF.

(APS)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite