Les jeunes militaires, victimes du tueur, avaient servi en Afghanistan, au Tchad ou au Sénégal.

Leurs obsèques auront lieu mercredi après-midi à Montauban, en présence de Nicolas Sarkozy. Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf et Mohammed Legouade sont les trois militaires assassinés par le “tueur au scooter” à Toulouse et Montauban, la semaine dernière.

Les jeunes militaires, victimes du tueur, avaient servi en Afghanistan, au Tchad ou au Sénégal.
Le maréchal des logis chef Imad Ibn Ziaten, 30 ans, d’origine marocaine, est le plus âgé des trois victimes. Il a été tué le 11 mars dernier à Toulouse, alors qu’il avait rendez-vous pour vendre sa moto. Engagé dans l’armée en mars 2004, il appartenait au 1er Régiment du train parachutiste (RTP) de Francazal. Imad Ibn Ziaten avait notamment participé à l’opération Epervier en 2008/2009 puis en 2011 au Tchad.

Les jeunes militaires, victimes du tueur, avaient servi en Afghanistan, au Tchad ou au Sénégal.
Agé de 25 ans, le caporal Abel Chennouf s’était engagé en février 2007. Il avait servi en 2008 en Afghanistan et en 2011 au Sénégal au sein du 17e Régiment du génie parachutiste basé à Montauban. Sa compagne est enceinte de sept mois.

Les jeunes militaires, victimes du tueur, avaient servi en Afghanistan, au Tchad ou au Sénégal.
Le soldat de 1ère classe Mohammed Legouade, âgé 23 ans, est la troisième victime. Il appartenait lui aussi au 17e RGP également. Il comptait près de deux ans de service, durant lesquels il a été déployé en Nouvelle-Calédonie en 2011. Abel Chennouf et Mohammed Legouade ont été tués jeudi dernier dans le centre-ville de Montauban, devant un distributeur de billets.

Imad Ibn Ziaten et Mohammed Legouade étaient tous deux de confession musulmane. Abel Chennouf, d’origine kabyle, était lui catholique. Une cérémonie en sa mémoire aura lieu en fin de matinée à la cathédrale de Montauban.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite