Tunisie : les “excès” des manifestations dénoncés

Tunisie : les
Le Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi a dénoncé mardi "les débordements inacceptables" commis par certains citoyens.

"Les manifestations de protestations et les sit-in quotidiens entravent le travail du gouvernement qui essaye de penser à des programmes encourageant les investisseurs étrangers", a averti le Premier ministre lors d’une conférence de presse. "Les routes ont été bloquées 111 fois par des protestataires et avec des comportements pareils nous hypothéquons l’avenir", a-t-il souligné citant comme autres exemples regrettables la prière dans les rues et les tentatives d’immigration clandestine vers l’Europe.

Selon le Premier ministre, "si la France a décidé de suspendre provisoirement l’accord Schengen, c’est à cause de nous!".

Paris avait annoncé réfléchir à un renforcement de la clause de suspension provisoire de Schengen, accord de libre circulation des personnes en Europe, face à l’afflux de migrants venus de Tunisie et de Libye, via l’Italie, jugeant la gouvernance de cet accord actuellement "défaillante".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite