Report de la CAN-2015: le Maroc temporise, aucune “décision définitive”

Le ministre des Sports, Mohammed Ouzzine, a assuré mardi qu’aucune “décision définitive” n’avait encore été prise par le Maroc en cas de refus de sa demande de report de la CAN-2015 (17 janvier-8 février), renvoyant à la rencontre prévue avec la Confédération africaine (CAF).

Ce responsable a toutefois réaffirmé les vives préoccupations du royaume, à l’origine de cette demande, estimant qu’il s’agissait d’une "responsabilité historique" face à la propagation du virus Ebola, qui a désormais fait plus de 4.000 morts.

Q: Si votre demande n’est pas entendue par la CAF, la décision du Maroc de ne pas organiser l’épreuve en janvier est-elle irrévocable ?

R: "Il est encore trop tôt pour parler d’une décision définitive, (…) on n’a pas encore tranché. C’est une question qui va être traitée avec les responsables de la CAF. Nous avons convenu de nous réunir pour discuter ensemble des options techniques de cette demande de report. Le président (Issa Hayatou) a promis de voir son calendrier et revenir vers nous. Je rappelle qu’il s’agit d’une demande motivée essentiellement par le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), où il est question de chiffres et de dimension alarmants quant à la propagation du virus. Tout ça nous met devant une responsabilité historique".


Q: Avez-vous été surpris par la réponse de la CAF, qui a dit maintenir les dates ?

R: "Je trouve que c’est un communiqué qui est tout à fait normal, qui exprime leurs craintes et rappelle aussi que dans l’histoire, il n’a jamais été question d’un report. Nous comprenons la difficulté de la chose pour la CAF. Ceci dit, jamais dans l’histoire il n’y a eu une telle épidémie d’Ebola".


Q: La CAN-2015 peut-elle être organisée ailleurs qu’au Maroc en janvier ? Qu’adviendrait-il alors de la sélection marocaine, qui était qualifiée d’office ?

R: "C’est une décision qui ne dépend pas de nous. Si c’était le cas, ce serait une décision souveraine de la CAF. Nous, nous sommes aujourd’hui à ce point-là, une demande de report, que nous allons discuter. Point. Le problème qui se pose n’est pas le même que pour le Mondial des clubs par exemple (maintenu au Maroc en décembre). Pour la CAN, il y a des joueurs qui n’auront pas l’autorisation de participer de la part de leurs clubs, et on parle d’un nombre très important de supporteurs: 100.000, 200.000, 300.000 ou même plus. Je crois qu’on n’est pas outillé pour ça et je vois mal un autre pays qui est outillé aujourd’hui pour pouvoir assurer le suivi et le contrôle sur un nombre aussi important. Quant au sort de la sélection marocaine, là non plus on n’en est pas encore là".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite