Otages de l’Etat islamique: le Japon attend avec angoisse un signe

Le Japon s’activait vendredi à quelques heures de l’expiration d’un ultimatum pour sauver la vie de deux otages aux mains du groupe Etat islamique (EI) qui pourrait se manifester sous peu. La chaîne de télévision publique japonaise NHK a continué de dialoguer jeudi par internet avec un soi-disant “porte-parole de l’EI” qui a indiqué qu’un “communiqué devrait être émis plus tard”.

Le délai de 72 heures annoncé mardi après-midi (heure de Tokyo) par l’organisation djihadiste expire vendredi à 14H50 au Japon (05H50 GMT), a indiqué le secrétaire général de l’exécutif japonais, Yoshihide Suga. Selon lui, le sort des deux hommes enlevés en Syrie, Haruna Yukawa et de Kenji Goto, restait inconnu. Toutefois, un responsable du ministère japonais des Affaires étrangères a déclaré jeudi soir aux médias que "même s’il ne pouvait rien dire de concret, il y avait dans une certaine mesure une réaction de la part de l’interlocuteur (EI) via des moyens de communication y compris indirects".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite