Obama et Sarkozy exigent l’arrêt immédiat de la force contre le peuple libyen

Les présidents Barack Obama et Nicolas Sarkozy ont réitéré, jeudi soir leur “exigence d’un arrêt immédiat de l’usage de la force” contre la population civile en Libye, “victime d’une répression brutale et sanglante”.

Au cours d’un entretien téléphonique, le chef d’état français a également fait part à son homologue américain de l’intention de la France de demander une nouvelle réunion "urgente" du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Libye pour permettre "l’accès immédiat" de l’aide humanitaire et pour "sanctionner les responsables" des violences , indique un communiqué de l’Elysée.

"Face à la poursuite de la répression brutale et sanglante et aux déclarations menaçantes de la direction libyenne, les deux Présidents ont réitéré leur exigence d’un arrêt immédiat de l’usage de la force contre la population civile", précise le texte.

Durant cet entretien, à l’appel du président des Etats-Unis, le président Sarkozy a présenté les mesures actuellement examinées, à son initiative, au sein de l’Union européenne, dont il souhaite l’adoption rapide.

Le Président Obama a présenté les mesures que comptaient prendre de leur côté les Etats-Unis.

Dans le prolongement de la déclaration adoptée à l’unanimité par le Conseil de Sécurité de l’ONU le 22 février, la France estime que des "mesures concrètes sont désormais nécessaires, notamment pour permettre l’accès immédiat de l’aide humanitaire et pour sanctionner les responsables des violences contre la population civile libyenne".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite