Niger: attaque meurtrière de Boko Haram dans l’Est le jour des municipales

Au moins 27 personnes ont été tuées dans la nuit de samedi à dimanche dans une attaque “d’une barbarie inouïe” des jihadistes de Boko Haram dans le sud-est du Niger, quelques heures avant l’ouverture des scrutins municipaux et régionaux dans le pays.

“Il y a officiellement eu 27 morts, des blessés et quelques disparus dans cette attaque qui est l’oeuvre de Boko Haram”, a affirmé à l’AFP un responsable du département de Bosso, dont relève le village de Toumour où a eu lieu l’attaque, dans la région de Diffa, près de la frontière avec le Nigeria.

Un élu local, qui a évoqué une “barbarie inouïe”, a souligné que le village avait été détruit à “60%”.

Ce massacre survient le jour des élections municipales et régionales dans le pays et à deux semaines de la présidentielle du 27 décembre, qui verra le président Mahamadou Issoufou quitter le pouvoir après deux mandats.

“Certains victimes ont été tuées ou blessés par balles d’autres calcinées à l’intérieur des cases totalement consumées par les flammes d’un énorme incendie provoqué par les assaillants”, a expliqué le responsable du département, qui a requis l’anonymat.

Il a précisé que près d’un millier de maisons avaient été incendiées, ainsi que le marché central de la ville.

 

Arrivés à la nage

 

“Les assaillants dont le nombre est estimé à près de 70 sont arrivés à Toumour vers 18h45 locales (17H45 GMT) à pied, après avoir traversé à la nage (les eaux du lac Tchad) et ont sévi pendant trois heures”, a-t-il raconté. “Ils ont d’abord attaqué la résidence du chef traditionnel qui a pu leur échapper in extremis”.

Le groupe jihadiste Boko Haram, né au Nigeria en 2009, a établi des bases sur certains des multiples îlots parsemant le lac Tchad, une vaste étendue marécageuse à la frontière entre le Nigeria, le Tchad, le Niger et le Cameroun.

Depuis 2016, le groupe Boko Haram s’est divisé en deux factions: celle d’Abubakar Shekau, le chef historique du groupe, et l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap), affilié à l’EI – notamment installé autour du lac Tchad.

Les autorités nigériennes ne font pas la différence entre les membres de Boko Haram et de l’Iswap, qualifiant tous ces combattants jihadistes comme des éléments de Boko Haram.

“Ils (les assaillants) ont fait irruption vers 19 heures en grand nombre en criant +Allah akbar+ (Dieu est le plus grand, en arabe, ndlr), en tirant et en mettant le feu aux habitations”, a témoigné sur Facebook un habitant de Toumour.

“Nous vous demandons de prier pour nous (…), Boko Haram a tout incendié, nous avons tout perdu, il ne me reste plus que la chemise que je porte et il y a eu beaucoup de pertes en vie humaines”, crie un autre habitant dans une vidéo tournée sur des ruines d’habitations réduits en cendres, diffusée sur les réseaux sociaux.

 

 300.000 déplacés et réfugiés

 

Le gouverneur de Diffa, Issa Lémine, s’est rendu dimanche à Toumour pour assister aux funérailles des victimes, ont indiqué ses services à l’AFP. “En raison de cette attaque, les opérations de vote pour les élections municipales et régionales n’ont pas pu se tenir ce dimanche”, a expliqué à l’AFP, un élu du département de Bosso.

La région de Diffa abrite selon l’ONU 300.000 réfugiés nigérians et déplacés nigériens, fuyant depuis 2015 les exactions des jihadistes.

Diffa, la capitale régionale de 200.000 habitants située à la frontière avec le Nigeria, a été attaquée à quatre reprises en mai, et au moins 12 soldats nigériens ont alors été tués dans l’attaque du poste de Blabrine, au nord-est de Diffa.

Malgré les annonces récurrentes de victoires militaires et les invérifiables bilans de jihadistes islamistes tués, Boko Haram et l’Iswap continuent à sévir – les groupes sont responsables en onze années d’insurrection de la mort d’au moins 36.000 personnes et de quelque deux millions de déplacés, selon les chiffres de l’ONU.

Outre Boko Haram, le Niger doit aussi faire face, dans l’Ouest, à ses frontières avec le Mali et le Burkina, à de fréquentes attaques des groupes jihadistes sahéliens, dont l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite