Mis en examen pour viol à Draguignan, le chanteur Saad Lamjarred contraint de payer une caution de 150 000 €

Le chanteur marocain Saad Lamjarred a été placé sous contrôle judiciaire après une nouvelle plainte pour viol. Outre le paiement d’une caution de 150.000 Euros, la pop star ne doit pas quitter la France. Pour sa famille, il s’agirait d’une “vengeance”.

La pop star marocain, Saad Lamjarred, in­ter­pellé di­manche à Saint-Tro­pez et mis en examen pour viol mardi à Dra­gui­gnan à l’is­sue d’un long in­ter­ro­ga­toire de­vant le juge d’ins­truc­tion, a été présenté à un juge des li­ber­tés et de la dé­ten­tion qui a dé­cidé de son pla­ce­ment sous contrôle ju­di­ciaire avec ver­se­ment d’une cau­tion de 150 000 €.

Le par­quet, qui avait re­quis la dé­ten­tion, n’a pas été suivi. Le chan­teur a donc été remis en li­berté avec di­verses obli­ga­tions, no­tam­ment l’in­ter­dic­tion de quit­ter le ter­ri­toire fran­çais et d’en­trer en contact avec la plai­gnante et les témoins.

Selon son avocat Me Jean-Marc Fedida, son client « conteste toute vio­lence à l’en­contre de cette per­sonne, de quelque na­ture que ce soit », as­surant « qu’au­cune consta­ta­tion ma­té­rielle ne per­met de confir­mer » les faits al­lé­gués.

Du côté de la fa­mille du chan­teur, jointe au Maroc par le Parisien, on dé­plore « une si­tua­tion très désa­gréable ». « Plus on est im­por­tant, plus on a d’en­ne­mis. C’est une ven­geance », avance une tante de l’ar­tiste, dont le père de­vrait se rendre en France pro­chai­ne­ment.

La star marocaine, dont les clips ont été visionnés des millions de fois sur internet, avait déjà été mise en examen (inculpée) en octobre 2016 à Paris pour "viol aggravé" et "violences volontaires aggravées" et écrouée.

A la veille d’un concert qu’il devait donner, une jeune femme de 20 ans avait porté plainte, affirmant avoir été agressée par le chanteur dans la chambre d’hôtel de ce dernier.

Saad Lamjarred avait été remis en liberté en avril 2017, sous bracelet électronique, à la suite d’une décision de la cour d’appel de Paris. Le roi du Maroc Mohammed VI avait annoncé qu’il prenait en charge les frais d’avocats du chanteur.

Saad Lamjarred a par ailleurs été mis en examen pour "viol" dans une enquête ouverte après la plainte d’une jeune Franco-Marocaine affirmant avoir été agressée et frappée par le chanteur, à Casablanca en 2015.

De source judiciaire, les deux enquêtes à Paris sont closes. Le parquet doit encore prendre ses réquisitions sur la tenue ou non d’un procès aux assises, avant la décision finale des juges d’instruction.

Saad Lamjarred avait également été mis en cause aux États-Unis dans une affaire de viol présumé datant de 2010, mais les poursuites ont été abandonnées.

En mars dernier, autorisé par la justice française à voyager au Maroc, Saad Lamjarred, célèbre dans le monde arabe pour son titre "Enty" (91 millions de vues sur Youtube), avait lancé la promotion de son dernier single, "Ghazali".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite